publicité

Mayotte - Comores : La fédération socialiste de Mayotte dénonce l' exclusion des responsables politiques mahorais du Conseil Paritaire (HCP)

La fédération socialiste de Mayotte dénonce, dans un communiqué du 22 septembre 2017, l' exclusion des responsables politiques mahorais de toutes les instances où se discutent le sort de leur département.

© Le secrétaire à la coordination Abdou Ali MLANAO
© Le secrétaire à la coordination Abdou Ali MLANAO
  • Par Emmanuel Tusevo
  • Publié le , mis à jour le
 VOICI LE CONTENU DE CE COMMUNIQUE :

 P.S. Social - Ecologie . FEDERATION DE MAYOTTE

La fédération socialiste de Mayotte a appris avec beaucoup d’indignation, de mépris et de colère comme tous les Mahorais qu'une feuille de route permettant la libre circulation des personnes entre les Comores et Mayotte vient d'être signée à Paris ce mardi 12 septembre 2017 lors d'une réunion du Haut Conseil paritaire (HCP) franco- comorien.

Un organisme mis en place par les 2 pays, l'Union des Comores et la France dont son but est de répondre au souhait des Présidents français et comorien d’aller de l’avant pour un partenariat bilatéral, au service du développement et du bien-être des deux peuples.

Seulement, il est souvent question de département de Mayotte et de l'immigration comorienne qui d'ailleurs n'est pas seulement comorienne mais internationale via Anjouan et qui asphyxie notre île. Un Conseil paritaire (HCP) excluant tout responsable politique mahorais et des réunions organisées dont les Mahorais sont bannis n'est pas acceptable. Les Mahorais doivent participer à toutes les décisions qui les concernent.

La décision de libre circulation crée aujourd'hui un sentiment de trahison chez les Mahorais et également un mépris du gouvernement vis à vis de nos responsables politiques qui sont exclus à toutes ces décisions.

La fédération du parti socialiste de Mayotte refuse cette décision de libre circulation qui ne fera qu'aggraver la situation déjà explosive dans le département. Mayotte, française depuis 1841 fait partie intégrale du territoire national. Les conditions d'entrée des étrangers dans notre territoire doivent être les mêmes. La fédération socialiste refuse de créer un territoire de seconde zone, entièrement à part dans la République Française. Des hauts fonctionnaires, apprentis sorciers veulent disloquer notre pays.

Personne ne peut oublier que ces derniers temps, notre île a subi plusieurs manifestations de la population pour exprimer à sa manière un ras le bol de l’immigration clandestine. Avec une immigration clandestine de plus de 50% de la population, les Mahorais ont le sentiment d'être abandonnés par le gouvernement et que l’État n’est plus en situation de les protéger dans ce département et de protéger leurs biens.

Mayotte est le plus pauvre des 101 départements français. Il n'a pas les capacités d'absorber toute cette immigration clandestine. Aujourd'hui, la maternité de Mayotte est la plus grande maternité de l'Union Européenne avec plus de 12000 naissances par an (soit plus d’une classe créée par jour) et dont 75% est d'origines étrangères. Même avec une libre circulation des Comoriens à Mayotte, cela ne pourra jamais éradiquer les drames humains de kwassa kwassa si les autorités comoriennes ne prennent pas les mesures de stopper leur départ d’Anjouan.

En effet, comment feront les étrangers qui sont aux Comores et qui veulent à tout prix entrer à Mayotte? Croyez-vous réellement que les embarcations de fortune (les kwassa kwassa) vont être stoppées? Croyez-vous que les personnes pauvres vont payer des billets d'avion pour venir à Mayotte? Il s'agit d'un rêve, d'une utopie pour nos hauts fonctionnaires qui sont bernés par les mensonges des autorités comoriennes.

Il est donc temps d'arrêter cet esprit colonial de nos dirigeants et oser regarder la réalité en face pour prendre des mesures strictes vis-à-vis de nos voisins et surtout vis-à-vis de ceux qui profitent de cette économie souterraine. Les Mahorais veulent savoir le contenu de la feuille de route signée le 12 septembre dernier.


La fédération socialiste de Mayotte demande également que les doléances des Mahorais soient prises en compte :

– la reconnaissance de notre île, département français par les autorités comoriennes

– l’adhésion de Mayotte à la Commission de l'Océan Indien (COI)

– la participation des élus Mahorais dans le HCP

– la participation des jeunes mahorais aux jeux des îles de l'océan indien avec notre drapeau (le bleu – blanc – rouge) et notre hymne (la Marseillaise)

– la poursuite judiciaire dans leur pays ou chez nous de tout individu impliqué dans le transport clandestin de ces pauvres personnes.

– permettre une enquête dans cette entreprise comorienne fabricant des kwassa kwassa

– donner les moyens à la justice et aux forces de police et gendarmerie pour arrêter et renvoyer les clandestins chez eux

– démanteler les filières criminelles de drogue, de trafics migratoires, de la prostitution et sanctionner sévèrement les auteurs

– une législation de droit du sol et de séjour des étrangers applicable à Mayotte ajustée à la réalité

– fin de cartes de séjours distribuées sur la base de documents de complaisance

Aujourd'hui, nous saluons la demande du sénateur Thani MOHAMED adressée au gouvernement de pouvoir réunir à Paris l’ensemble des parlementaires mahorais avec le gouvernement. La fédération socialiste de Mayotte souhaite que tous les responsables politiques locaux (représentants) soient associés, le conseil général, l'association des maires et les partis politiques locaux puissent y prendre part à cette réunion afin d'apaiser cet émoi suscité localement.

Respecter les Mahorais et respecter les principes de la République, c’est ce que tous les Mahorais demandent. Cette feuille de route restée cachée dans les armoires du ministère des Affaires Étrangères ne peut satisfaire les Mahorais.

Le gouvernement doit absolument travailler avec les élus de Mayotte qui continuent à œuvrer de concert pour surmonter ce défi qui met en péril l’ensemble des efforts engagés par les pouvoirs publics pour le développement économique et social de ce département.

Nous appelons solennellement tous les élus de Mayotte, maires, conseillers départementaux, parlementaires nationaux et européens à se réunir à Mayotte et de faire une réponse ferme en envoyant un signal fort aux autorités comoriennes pour exprimer notre appartenance à la république française.

Pour le 1er fédéral,

Le secrétaire à la coordination

Abdou Ali MLANAO

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play