Forte mobilisation pour déblayer les rues du village d'Acoua

catastrophes naturelles
Acoua, après le déluge
Acoua, après le déluge

Face aux dégâts causés par les fortes intempéries dans la nuit de lundi à mardi, la solidarité s’organise pour venir en aide aux habitants démunis. Des coulées de boue qui ont fini leurs courses dans le village rendent difficile la circulation.

Les communes voisines, M’tsangamouji et M’tsamboro tout comme le Sidevam ont relevé les manches en mobilisant leurs services techniques pour porter assistance aux habitants d’Acoua. Sur place, il faut déblayer les rues, aider les habitants à sauver ou récupérer ce qui peut l'être. Acoua sinistré, comme en 2014 ou des coulées de boue avaient envahi les rues et ruelles ; les rivières sont sorties de leur lit, offrant un spectacle de désolation dans ce village situé au nord de l’île.

Les dégâts dans les rues d'Acoua
Les dégâts dans les rues d'Acoua

Les autorités ont mobilisé plusieurs services, évidemment le SDIS et la Deal ; mais face à l’ampleur des dégâts et après une visite sur le terrain mardi, le préfet et délégué du gouvernement Jean-François Colombet a dépêché des militaires de la légion étrangère, une quarantaine d’hommes, et une équipe du RSMA, tous munis de moyens de déblaiement.

Le maire de la commune et le préfet dans les rues du village
Le maire de la commune et le préfet dans les rues du village

Jean-François Colombet, qui s’est par ailleurs entretenu sur place avec les acteurs de la commune, a annoncé plusieurs actions:

"le lancement de travaux pour renforcer les infrastructures de la commune pour prévenir le risque d’inondation";

le délégué du gouvernement a également informé le maire et les représentants de la société civile que la demande de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle de la commune allait être instruite au plus vite. Et dans la mesure où toute la partie basse du village d’Acoua est située sur une zone marécageuse

"il va falloir requalifier le site et déplacer les habitations les plus exposées aux risques naturelles dans cette zone".

 

Le plus dur reste donc à venir et à faire. Plusieurs personnes appellent à aider les habitants que ce soit pour des vêtements ou tout autre élément qui peut aider les habitants à traverser cette situation difficile, à leur faciliter le quotidien en attendant des jours meilleurs. Les appels au don sont égalements relayés sur les réseaux sociaux.

Une cellule d’écoute et de recensement des sinistres a été mise en place dans la commune. Deux numéros à retenir : 06.39.97.58.49 ou 06.39.97.47.49.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live