Nouvelles péripéties pour le stade de Cavani

sport
terrain de cavani
©Archive

Alors que le terrain synthétique acceuille, depuis peu, des rencontres officielles, la tribune, elle, est au point mort depuis de nombreux mois. Une situation figée qui pourrait durer ?

Ce stade est-il maudit ? C'est la question qu'on peut se poser alors que les travaux de la tribune sont à l'arrêt depuis plusieurs mois. La première pierre avait été posée en février 2016. Cinq ans plus tard, le stade est toujours en travaux. Le terrain synthétique a été livré en novembre 2019, la tribune et le reste des infrastructures autour du terrain devaient suivre un an après. Seize mois plus tard, rien n'a été livré. La coupe régionale de France de football s'est déroulée, fin 2020, au milieu d'un chantier. Un chantier, qui depuis de nombreux mois, est donc à l'arrêt, alors que le stade, à la base, devait permettre à Mayotte d'acceuillir, rapidement, des 7e tour, et depuis 2020, des 8e tour de Coupe de France de football.

Et une nouvelle fois, c'est la tribune qui pose problème. En 2019, on apprenait qu'une mauvaise étude des sols avait entrainé la mise à l'écart de la Colas, qui demandait un avenant, par le département. C'es la société GTA qui a repris le gros oeuvre.

Le chantier du stade de Cavani joue les prolongations

Le stade de Cavani Mamoudzou n'est-il toujours pas ouvert au public ; pas un athlète ni un joueur de football. Cela fait bientôt 1 an et 9 mois aujourd'hui que le chantier piloté par le conseil départemental aurait dû être livré. 30 ans après son inauguration, Mayotte cherche toujours à réhabiliter le stade de Cavani, mais le chantier est interminable. Entre les malfaçons et les problèmes de stabilité de terrain, les délais ne peuvent être respectés.

Publiée par Mayotte la 1ère sur Mardi 2 octobre 2018

 

Dans notre reportage, en 2018, la livraison était annoncée pour 2020. A l'heure actuelle, le chantier est toujours en cours, seul le gros oeuvre semble terminé. Et, pour comprendre ce qui coince, c'est compliqué, chacun ayant décidé de se renvoyer la balle. Tout le monde a ses arguments pour expliquer les retards pris dans la construction de la tribune.

Ce qui est sûr, c'est que l'ensemble de la charpente n'est pas encore sur le territoire. Sa livraison initiale était prévue, selon nos informations, en février 2020. Et si la majorité de la structure est déjà arrivée, il manquerait quelques petites parties. La partie metallerie, comme les gardes corps en tribune, n'a pas débuté.

Mais pour certains, les retards sur le chantier sont la faute à des malfaçons, constatées, sur le gros oeuvre. D'autres pointent du doigt le rôle de l'architecte. Le conseil départemental, comme les entreprises du chantier, subirait la non maitrise par l’architecte du dossier. D'autres, enfin, ne préférent pas s'exprimer et renvoient vers le maître d'ouvrage, le conseil départemental. Difficile de tirer le vrai du faux dans ce jeu de poker menteur. Surtout, que la tribune n'est qu'une partie d'un chantier débuté, officiellement, il y a cinq ans. Les travaux se poursuivront, après la livraison de la tribune. Il faudra, par exemple réhabiliter la piste d'athlétisme, qui aujourd'hui ressemble par endroit à un tapis sur lequel une voiture aurait patiné.

Pour autant, tout le monde s'accorde sur un point, la livraison de la tribune. Le conseil départemental estime qu'elle est prévue pour la fin de l'année. Les travaux étaient estimés au départ à deux millions, impossible de savoir si le budget a été augmenté depuis.