Catherine Barbezieux, directrice du CHM poussée vers la sortie

santé pamandzi
Catherine Barbezieux
©CHM

Le sort de la directrice du CHM a été scellé le 7 janvier dernier . Catherine Barbezieux aura fait quatre ans à la tête du l’hôpital de Mayotte.

En pleine crise Covid, alors que l’île fait face à une troisième vague et que le CHM doit s’organiser pour répondre à un afflux important de malades, la directrice du centre hospitalier est priée de plier bagages.

chm

Catherine Barbezieux a pris la direction du centre hospitalier de Mayotte le 15 mai 2017 en remplacement d’Etienne MOREL. Elle avait intégré le CHM deux ans auparavant ,en qualité de directrice des affaires médicales. A l’époque, consciente des défis à relever , elle avait fixé sa feuille de route, notamment la restructuration de l’établissement, la visite de certification, l’ouverture de l’hôpital de Petite-Terre mais également l’attractivité et la fidélisation des personnels.

Des objectifs plus ou moins atteints puisque pour ce qui est de la certification, c’est chose faite depuis octobre 2019 , à la suite d’une visite effectuée du 15 au 19 avril 2019 par des experts visiteurs mandatés par le HAS, la haute autorité de santé. On peut mettre aussi à son crédit une gestion relativement correcte de la crise Covid avec notamment le plan blanc qui a été sommes toutes efficaces. La directrice CHM a aussi encouragé « la Mahorisation » du comité de direction du CHM.

Equipe CHM
©CHM

Une revendication de longue date des syndicats. Elle a d’ailleurs souligné cette promotion des cadres mahorais  lors de sa dernière intervention au JT de Mayotte la 1ère  

 

L’hôpital de Petite-terre, un retard impardonnable.

CHM Petite Terre
©CHM

C’était le projet phare de l’hôpital pour ces dernières années.

Première pierre du nouvel hôpital de Petite Terre

La première pierre a été posée le 13 juin 2015 par Manuel Valls , alors premier ministre. Quatre ans plus tard, le bâtiment n’est toujours pas inauguré alors que d’aucuns estiment , qu’il aurait été d’une grande aide notamment en cette période de crise Covid. C’est un retard qui est politiquement et stratégiquement pénalisant car il freine toutes velléités d’un autre projet d’hôpital à Mayotte, comme l’avait promis , le président de la République Emmanuel Macron.

Relation compliquée avec l’ARS ?

Catherine Barbezieux et Dominique Voynet
©Mayotte la 1ere

L’avènement d’une agence régionale de santé de plein exercice à Mayotte au 1er janvier 2020 n’a pas forcément été arrangé les affaires de la directrice du CHM , qui était habituée à avoir plus d’autonomie puisque l’autorité hiérarchique à qui elle devait rendre compte n’était à ses trousses H24. La direction de l’ARS était pilotée depuis la Réunion. Dominique Voynet avec un objectif précis , proposer un projet  régional de santé propre à Mayotte. Pour ce faire , il faut que tous les maillons de la chaine santé soient au diapason. Il semblerait que la directrice CHM ait été un peu à la traine par rapport aux ambitions affichées.

L’arrêté mettant fin aux fonctions de la  directrice de CHM à partir du mois de mai a été pris. Catherine Barbezieux a un mois pour l’attaquer. En attendant un directeur par intérim a déjà été nommé.