Peines de prison ferme suite aux violences entre Miréréni et Combani cet été

faits divers
gendarmerie
La gendarmerie annonce sur les réseaux sociaux que deux individus ont été condamnés à des peines de prison ferme suite à des violences urbaines le 15 août dernier.

Il est 17 heures ce jour là quand dans le quartier Badjoni de Combani, "des jeunes du village de Miréréni dont certains aux visages dissimulés sont signalés" annonce la gendarmerie. Ils sont "armés de pierres, machettes et d’un harpon et cherchent à s’affronter avec ceux de Combani." Plusieurs barricades sont érigés dans le quartier.

Les gendarmes de la brigade de Sada arrivent sur place, accompagnés d'une cinquantaine de gendarmes mobiles. Les militaires sont ciblés par "des jets nourris de projectiles". Un blessé est à déplorer côté gendarmerie. Le militaire est légèrement blessé au bras. Les forces de l'ordre ripostent "au moyen de grenades lacrymogène qui dispersent les assaillants, permettant ainsi de rétablir le calme."

"Les investigations menées dans le cadre de l’enquête de flagrance ouverte permettent d’identifier un mineur et un majeur, ce dernier étant le meneur de la bande. Interpellés le 27 août 2021, les mis en cause ont respectivement fait l’objet d’une convocation devant le juge des enfants aux fins de mise en examen et d’une condamnation à une peine de 2 ans d’emprisonnement suivie d’une incarcération immédiate à la maison d’arrêt." annnonce la gendarmerie dans son communiqué.

Cela fait désormais un an que les violences entre les deux villages sont devenues récurrentes, malgré le ras-le-bol de la population ou les réunions entre les deux villages et les élus de la commune de Tsingoni.