Poursuivi pour injures publiques, Zaïdou Bamana met en avant la liberté d'expression et le droit à l'information

justice
Zaïdou Bamana, journaliste indépendant
Zaïdou Bamana, journaliste indépendant ©@ZB

Suite à une enquête préliminaire, Zaïdou Bamana, journaliste indépendant et très présent sur les réseaux sociaux comparait à Paris ce mercredi pour injures publiques à l’encontre de Camille Miansoni, ex-procureur de Mayotte.

Les faits remontent au mois de mai dernier. Sur son compte Facebook, le journaliste avait publié un long article intitulé « La Loi du talion contre l’impunité des criminels : Quand la justice de la République devient criminogène », et dans lequel il revenait sur une manifestation, une de plus, contre la délinquance, l’insécurité organisée à Labattoir. Avec l’aide de son avocat, Zaïdou Bamana compte mettre en avant dans sa défense, le contexte alarmant, inquiétant dans lequel il a été amené à rédiger l’article aujourd’hui incriminé.

Une situation dominée par une criminalité qui va crescendo et en face, la réponse pénale serait inadaptée ; chose qui est dénoncée par la population depuis fort longtemps notamment sur les réseaux sociaux. C’est donc en tant que journaliste, usant de sa plume et de sa liberté d’expression que ZB pointe les maux qui gangrènent la société mahoraise ; et parmi ces maux, la réponse pénale face aux actes et délits perpétrés par les « délinquants » est jugée inadaptée, inefficace et surtout incompréhensible.

Dans cette affaire, il s’agit pour le journaliste, qui intervient aussi dans des émissions de l’audiovisuelle publique et privée, de montrer qu’il n’éprouve aucune animosité envers l’autorité publique et que seul le droit d’informer sur les problématiques de Mayotte prime contre tout autre chose. C’est donc avec sérénité que Zaïdou Bamana va répondre demain aux faits qui lui sont reprochés.

Zaidou Bamana est défendu par Maitre Asskani Moussa. Il comparaitra devant la 17ème Chambre du Tribunal correctionnel de Paris mercredi 13 janvier à partir de 13h30.