UNE RENTREE SCOLAIRE MASSIVE ET MASQUEE

france
rentrée 2020 école de Labattoir
Le Recteur, le Préfet et le Maire ce lundi matin dans une école de Labattoir. Seuls les enfants de moins de 11 ans peuvent se passer du masque ©Chafanti Ali Baco
102 000 élèves ont entamé ce lundi la rentrée à Mayotte. C’est la première fois que l’on dépasse la barre des 100 000 élèves. Ce chiffre peut donner le tournis, quand on constate qu’il y en a 5 000 de plus qu’il y a quatre ans !
 
Pour le directeur de cabinet du Rectorat de Mayotte Didier Cauret « cette journée de rentrée n’a pas rencontré de perturbation particulière, en dehors du fait qu’une quinzaine d’écoles primaires n’ont pas pu ouvrir ». Dans quelques communes, notamment à Chiconi, des établissements ne sont pas encore prêts. Des travaux de rénovations sont en cours et surtout l’aménagement de points d’eau pour le lavage obligatoire des mains des enfants comme des enseignants.
Au mois de juin dernier, à l’issue du confinement, 45 établissements avaient pu reprendre partiellement leur activité. « Cela a été une bonne répétition générale » affirme Didier Cauret. Le port du masque était strictement respecté par tous dans les établissements visités par le Recteur Gilles Halbout ce lundi matin : une école primaire à Labattoir ainsi que le collège et le lycée de Pamandzi.


Des profs absents, toujours confinés...ou pas encore arrivés


Vu par les syndicats d’enseignants, le tableau est plus sombre. Henri Nouri, secrétaire départemental du SNES-FSU s’insurge contre contre des protocoles sanitaires « très très light » alors que l’épidémie n’est pas finie : « Les moyens ne sont pas suffisants, il faudrait faire comme en Italie, construire des classes et recruter massivement des enseignants ».
Les profs ne sont pas tous de retour en ce jour de rentrée. Certains, âgés ou fragiles, sont restés confinés. D’autres n’ont pas encore pu rentrer de vacances à cause des contretemps souvent liés aux tests obligatoires avant de prendre l’avion. « Ces absences de professeurs ne sont pas exceptionnelles » rassure Didier Cauret « cela se produit à chaque rentrée ».
Le Recteur Gilles Halbout souligne l’importance de rattraper le retard considérable dont ont été victimes les élèves pendant le confinement, « il faudra proposer des cours de rattrapage » indique-t-il. La question est à l’étude au Rectorat. Les enseignants devront probablement s’attendre des heures supplémentaires…masquées.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live