publicité

Revue de presse régionale

  • Par Chamsudine Ali
  • Publié le , mis à jour le
LA REUNION
Le cyclone Berguitta s’approche dangereusement de la Réunion. Comme c’est toujours le cas lors des alertes météo, les réunionnais se précipitent dans les grandes surfaces pour faire des provisions.

Les Réunionnais le savent – écrit le site « Zinfos 974 »-  tout passage d'un cyclone à proximité de l'ile apporte son lot de coupures d'eau et de hausse des prix des fruits et légumes du fait de leur disparition des étals.

C'est donc en masse qu'ils se sont précipités ce matin dans les grandes surfaces de l'ile pour dévaliser les rayons de bouteilles d'eau, de légumes ainsi que de seaux et de serpillières.

Les magasins de bricolage étaient tout aussi remplis, et il n'était pas rare de voir des clients ressortir avec un groupe électrogène.

Le site affiche de photos des rayons presque vides des supermarchés.

MADAGASCAR
Un bilan revu à la hausse après le passage du cyclone Ava qui a traversé Madagascar.

Dans un nouveau bilan communiqué hier par le bureau national des risques :
Le cyclone Ava, qui a frappé Madagascar au début de janvier, a fait 51 morts et 22 disparus et forcé 54 000 personnes à quitter leur domicile.  Le dernier bilan officiel, communiqué une semaine auparavant, faisait état de 29 morts.
Le cyclone a traversé l’île la Grande Ile les 5 et 6 janvier, frappant sa côte orientale avec des vents atteignant 190 km/h.
De nombreux cours d’eau ont débordé, provoquant des inondations y compris dans la capitale.
Le journal « le Monde » explique qu’au cours des dix dernières années,  « Madagascar, a été frappé par quarante-cinq cyclones et tempêtes tropicales. En mars 2017, Enawo avait fait au moins 78 morts ».

MADAGASCAR
Suspense politique à Madagascar. Il est question d’une arrestation de l’ancien président Marc Ravalomanana.

C’est une ancienne condamnation qui refait surface. En 2010 Marc Ravalomanana avait été condamné aux travaux forcés à perpétuité pour le massacre du 7 février 2009. La garde présidentielle avait tiré à balles réelles sur des manifestants en plein centre d’Antananarivo, faisant au moins 30 morts.
Cela avait précipité la chute de son régime et son départ en exil vers l’Afrique du Sud, laissant la place à Andry Rajoelina. La sentence n’a jamais été exécutée. Marc Ravalomanana a pu revenir. Il conteste la compétence du tribunal. Seulement voilà, la ministre de la justice a relancé l’affaire la semaine dernière en affirmant que la condamnation allait lui être notifiée. La nouvelle tombe au moment où Marc Ravalomanana repart à l’assaut de la présidence, il mène déjà campagne pour les élections prévues en novembre de cette année. Une telle arrestation fait déjà grand bruit, et elle est perçue par plusieurs journaux proches de l’opposition comme un moyen pour le président sortant Hery Rajaonarimampianina de se débarrasser d’un concurrent gênant.


L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play