publicité

Revue de presse régionale par BRUNO MINAS - 23 juin 2017

A quelques jours de la fin du Ramadan, Bruno Minas commence sa revue de presse régionale par un article sur les préparatifs de l' Aid aux Comores à Anjouan.

  • Par Emmanuel Tusevo
  • Publié le , mis à jour le

COMORES

Dans « Al Watwan » un reportage intéressant sur l’ambiance de fin de ramadan et les soldes sur l’Ile d’Anjouan. On y lit que les prix des aliments sont heureusement assez abordables : les songes à 600 francs le kilo (1,20 €), les ailes de poulets à 1.000 francs (2 €) , la viande à 1.250 francs (2,50€) et la bonite qui pouvait parfois descendre jusqu’ à 750 francs le kilo (1,50€), etc.), En revanche il n’en est pas de même pour les dépenses liées à l’Aïd.

Dans les rues de Mutsamudu, les commerçants comme acheteurs sont amers. “Pour moi les soldes de cette année sont loin de ceux des années passées. Et pour cause, il n’y a pas d’argent”, “déjà l’Aïd ne tombe pas pendant la cueillette du girofle.

Puis, les gens que l’on interroge au sujet de cette raréfaction de l’argent disent presque tous la même chose, à savoir qu’elle est aussi due au non paiement des enseignants, qui forment la grande majorité des fonctionnaires”.

Il est vrai que jusqu’à présent, tous les autres fonctionnaires ont été payés sauf les enseignants.

Djambaz, de son surnom, vend des habits. Plutôt déçu, il confie : “les gens n’achètent pas. Les ventes ont régressé.

Si tu parviens à vendre pour 5.000 francs (10€) à la fin de la journée, c’est déjà pas mal.

 

En dehors du manque d’argent, il faut dire que les prix aussi semblent avoir pris leur envol. Le constat est général, et les commerçants pointent du doigt la douane.

“La douane est devenue encore plus chère qu’avant ! Ce que le receveur des douanes de Mutsamudu, Farid Abodo, qualifie de faux-problème, en affirmant qu’”aucun tarif douanier n’a été revu à la hausse mais que c’est le copinage qui a pris fin au niveau douanier”.

 

MADAGASCAR

Midi Madagascar dénonce une nouvelle manipulation dans l’affaire de « dame Claudine ».

 

Ayant prévu d’amener des journalistes à la prison où elle est censée être détenue pour confirmer la présence physique de la Conseillère spéciale du président de la République Claudine Razaimamonjy dans la prison de cette localité, le Ministère de la Justice s’est finalement rétracté. Pourtant la veille un responsable au niveau du Service de la Communication dudit Ministère a appelé plusieurs organes de presse pour ce rendez-vous. A 8h tapante, heure annoncée pour le départ, les membres de la presse, enthousiasmés par l’importance de l’information, ne serait-ce que pour constater de visu les conditions de détention étaient présents au rendez-vous. Toutefois, le programme ne s’est pas déroulé comme ce qui a été prévu. Les journalistes ont d’abord été priés de se rendre au Ministère de la Justice, « pour discuter avec les responsables à propos des consignes « . Grande fut la surprise lorsqu’à leur arrivée, toutes les personnes présentes sur place, y compris le Secrétaire général du Ministère de la Justice ont affirmé ne pas être au courant de l’existence d’un programme de descente à la prison. Le journal apprendra plus tard qu’un petit groupe de six journalistes triés sur le volet ont s’y rendre ; sans pouvoir poser de questions ni prendre de photos.

 

 

 

 

LA REUNION

L’INSEE a livré une étude sur les migrations, reprise par le JIR.

Chaque année, entre 2012 et 2016, 11 400 personnes en moyenne partent de La Réunion pour s’installer en métropole et 10 300 personnes font le chemin inverse et arrivent sur l’île. Parmi ces nouveaux arrivants, 3 000 sont nés à La Réunion et y reviennent.

Chaque année, 2 200 étudiants, majeurs et titulaires d’un baccalauréat au moins, partent pour la métropole.

La Réunion attire peu d’actifs de métropole Les flux migratoires des actifs sont de faible ampleur à La Réunion. Chaque année, seulement 5 900 actifs arrivent sur le territoire et 5 100 le quittent. La Réunion est ainsi l’une des régions les moins attractives de France pour les actifs. Ceux qui arrivent sur l’île ont un niveau de formation élevé et occupent souvent des emplois qualifiés. Toutefois, la proportion de cadres à La Réunion reste bien inférieure au niveau national. La moitié des actifs qui partent pour la métropole choisissent une région du sud de la France, là où l’insertion sur le marché du travail est pourtant très difficile.

Une faible mobilité des actifs natifs de l’île Les Réunionnais de naissance sont peu enclins à la mobilité. Chaque année 1 800 actifs nés à La Réunion partent vers la métropole, c’est nettement inférieur à la moyenne des régions françaises.En sens inverse, 1 700 actifs natifs sont de retour sur l’île, dotés d’un niveau de formation généralement élevé.

 

 

TANZANIE

 

La Tanzanie s’est hissée dans le club des plus grands producteurs mondiaux de noix de cajou. Le pays en a produit pour près de 900 millions de dollars sur une année annonce le « Citizen ». La quantité et la qualité se sont améliorées ; et la noix de cajou est un marché très porteur ; d’autant qu’on lui prête de plus en plus de vertus anti-oxydantes ; c’est un produit qui est bon pour la peau ; et selon une récente étude menée en Inde elle serait efficace dans la prévention des cancers. Les plus grands producteurs sont le Vietnam, l’Inde, le Nigeria, la Côte d’Ivoire… Et plus près de chez nous la Tanzanie et le Mozambique.

MAURICE

 

L’arrestation d’un jeune couple de malgaches à l’aéroport de Plaisance alors qu’ils s’apprêtaient à embarquer pour prendre un vol retour chez eux. Les policiers de l’unité de lutte contre le trafic de drogue les avaient à l’œil. Ils sont été fouillés, pas de drogue sur eux, en revanche une quantité impressionnante de billets de banques en diverses devises : des roupies mauriciennes, des dollars américains, des euros… Il y en a en tout pour plus de 77 000 euros.

La police soupçonne que l’argent provient du trafic de drogue Le couple a été

1 498 205 939
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play