Miss Excellence Tani Malandi

éducation chirongui
Miss Excellence Tani Malandi
Défilé en tenue traditionnelle pour l'élection de Miss Excellence Tani Malandi au lycée de Chirongui ©Géraldine Louis
Les fêtes de fin  d’années se succèdent dans les établissements scolaires. Le lycée Tani Malandi de Chirongui ne déroge pas à la règle. Mais il se démarque par la création d’une élection Miss excellence Tani Malandi.  La MDL(la maison des lycéens) et le CVL (le conseil de la vie lycéenne) ont organisé ce concours largement inspiré du concours de beauté de miss excellence remporté par Larissa Salim Be en 2021.

  Telles des abeilles dans une ruche, les jeunes filles s’affairent pour préparer l’élection Miss Excellence Tani Malandi! La salle de classe bourdonne de rires et de conversations. Dans un coin de la pièce, une enceinte diffuse une musique pour le moins omniprésente. Au sol, en plein milieu de la pièce, trainent des chaussures. La confusion semble régner ici, mais en y regardant de plus près, on peut se rendre compte d’une certaine organisation.

Miss Excellence Tani Malandi
C'est l'effervescence dans la salle de classe ©Géraldine Louis

Salon de coiffure et de maquillage … des zones ont été aménagées: le maquillage et le coiffage sur les côtés de la pièce. Habillage et restauration, dans le fond. Pour ce concours qui reste avant tout un moment de partage, les jeunes filles se coiffent et se maquillent mutuellement. Palettes de maquillage, fond de teint, rouge à lèvres… le matériel est complet, les adolescentes n’ont rien à envier à des professionnelles. D’ailleurs, les lycéennes ont la main sure. Le geste est maitrisé aussi bien pour redessiner les sourcils que pour farder les pommettes. Et le résultat est assez bluffant.

Miss Excellence Tani Malandi
La mise en beauté, étape importante ! ©Géraldine Louis

 Pour rendre les candidates éblouissantes, brillants à lèvres et paillettes subliment les visages juvéniles. Et pour rajouter une petite touche locale, les filles se dessinent des motifs ornementaux au m’sindzano; pâte obtenue en frottant un morceau de bois de santal sur une pierre de corail, au-dessus de l’arcade sourcilière.

Miss Excellence Tani Malandi
La petite touche de maquillage local: le mtsindzano ©Géraldine Louis

Et pour parfaire la mise en beauté, elles accrochent des broches de fleurs de jasmin dans leurs cheveux. L’espèce odorante et capiteuse, est l’une des deux fleurs reines de la parfumerie et elle  incarne la richesse de la nature de Mayotte. «Je me suis présentée à ce concours pour faire valoir la culture mahoraise et mette en valeur le lycée Tani Malandi.» Explique Hila, élève de terminale.

Fatima Abdallah élève de terminale générale 4, elle participe à l’élection pour s’amuser mais également «pour représenter la femme mahoraise puisqu’ il y aura des danses traditionnelles pour la mettre en valeur.» Souandiya Boitra l’une des autres candidates veut clore ces années lycée en beauté. «Vu que je suis en terminale, je voulais m’amuser et être avec les autres. Cela restera un bon souvenir du lycée pour nous.»

 Nous les élèves, avons décidé d’organiser cette fête pour achever notre année de terminale et de montrer à nos camarades que tout est possible. Que l’on peut  organiser des événements comme nous l’avons fait aujourd’hui.

Rasmina Houmadi Oili, présidente de CVL, le conseil de vie lycéenne de Chirongui

Cette de fête de fin d’année marque pour les terminales la fin d’un cycle, le passage à l’âge adulte. Alors, l’élection de miss Tani Malandi est l’occasion pour certaines jeunes filles de renforcer leur confiance en elle. «J’ai envie de montrer que malgré le fait d’être timide et de ne pas être à l’aise devant un public, on peut surmonter les obstacles et dépasser ses limites. Il ne faut pas rester dans sa zone de confort! clame la jeune fille, tout en maquillant sa copine.

Miss Excellence Tani Malandi
Aïna redoute la prise de parole devant tous ces camarades du lycée mais aujourd'hui, elle va repousser ses limites. ©Géraldine Louis

  «Je n’ai pas participé à l’élection Miss Excellence Mayotte parce que je n’ai pas confiance en moi tout simplement. Je me suis dit ici, (au lycée ndlr) c’est l’occasion de bien me préparer et peut être un jour j’aurai l’occasion de participer (au concours Miss Excellence Mayotte ndlr)» affirme Hila Oumna 18 ans

Miss Excellence Tani Malandi
Maquillage, tenue et coiffure finis, Hila est prête à défiler ! ©Géraldine Louis

Soibia porte le maillot d’un club sportif. La jeune fille assise sur un bureau est échevelée, signe de son activité abondante. Mais Soibia ne souci pas de son apparence aujourd’hui. Toute son attention est tournée vers l’une des prétendantes au titre de Miss Excellence Tani Malandi. En plus de l’organisation de l’événement, elle est chargée de maquiller les candidates. Aujourd’hui, Soibia Cheik- Ahamed porte plusieurs casquettes «Oui, mais sans mon équipe, je ne pourrais pas tout faire. J’ai recherché des partenaires et aujourd’hui c’est le maquillage!» Explique la jeune fille, sans cesser son activité.

Miss Excellence Tani Malandi
Soibia est polyvalente, organisation, maquillage ... ©Géraldine Louis

A côté de Soibia, il y a Ilmati. La jeune fille de 18 ans est élève terminale générale 7. Assise sur sa chaise, les traits détendus, la jeune fille profite pleinement du moment. A ses pieds, une camarade lui brosse les orteils, avant de lui passer du vernis. «On nous a dit en participant à cette élection que l’image d’une miss est vraiment très importante de la tête au pied en passant par les ongles. Même les ongles des pieds sont vraiment très très très important, insiste la jeune fille avant de pouffer de rire. J’ai été surprise moi-même mais je dois le faire.» Finit Ilmati avec un grand sourire.

 Bien sûr, comme toutes les adolescentes de leurs âges, les candidates ont leur téléphone à la main pour vérifier leur maquillage et faire des photos de groupe. Naïma, elle ne cesse de porter son téléphone à son oreille pour répondre aux nombreuses sollicitations. «Non, tu les fais juste rentrer dans la salle, tu les fais manger» recommande la jeune fille. A l’autre bout du fil, une élève qui demande la marche à suivre pour l’accueil des invités. Naïma fait partie de l’organisation. Elle veille à l’avancée des préparatifs. «C’est moi qui suis en charge de leur apparence: tenue, maquillage, bijoux et talons.» énumère la jeune fille.

Miss Excellence Tani Malandi
la prestation des jeunes filles est saluée par la foule ©Géraldine Louis

« Celles qui sont prêtes, venez manger en attendant votre tour pour le maquillage,» recommande Naïma. Car l’heure du défilé approche. A l’extérieur, sous le préau du lycée, les autres élèves attendent impatiemment que les festivités commencent. Et pour faire patienter le public, les organisatrices ont prévus de nombreuses animations. Groupe de m’biwi, chant, danse indienne et hip-hop viennent rythmer ce début d’après-midi.

Miss Excellence Tani Malandi
La chanteuse Daourina déchaine la foule! ©Géraldine Louis

 

Miss Excellence Tani Malandi
Les groups de danse n'étaient pas en reste ... ©Géraldine Louis

A l’origine, les lycéens souhaitaient organiser un bal en soirée. Mais, pour des raisons de sécurité, cela n’a pas été possible. « A cause du Covid, avec les problèmes de sécurité ect… depuis que je suis dans le lycée, il n’y a eu aucun événement qui s’est mis en place. C’était quand même dommage » déplore Rasmina Houmadi Oili, présidente de CVL, le conseil de vie lycéenne de Chirongui. D’autant que l’organisation de ces événements est assurée par les lycéens eux- même, par le biais d’associations étudiantes. « Quand j’étais en seconde, raconte Rasmina, j’étais quelqu’un qui s’isolait et qui se mettait à l’écart. » Depuis, la jeune fille est parfaitement intégrée et investie dans la vie lycéenne.

Miss Excellence Tani Malandi
Dans le lycée, tous contribuent au bon déroulement de la journée ... le proviseur est également sollicité à la sono ! ©Géraldine Louis

 «Les terminales je ne veux plus voir l’an prochain même si certain seront certainement là à la rentrée» Lance Éric Keiser, le proviseur du lycée Tani Malandi. Sa plaisanterie déclenche les rires de l’assistance. «J’ai déjà les noms hein, sans regarder vos copies (des épreuves du baccalauréat ndlr) j’ai déjà les noms» poursuit Éric Keiser qui déclenche une nouvelle salve de rires.

Ce qui compte c’est le chemin, pas l’endroit de l’arrivée. Ce qui compte le plus c’est le chemin que vous allez emprunter. Et pour ceux qui vont rester sur Mayotte comme à ceux qui vont partir, je vous souhaite la plus belle réussite dans ce qu’est la vie !

Eric Keiser, provieur du lycée Tani Malandi de Chirongui

Miss Excellence Tani Malandi
Arrivée de la Miss Excellence 2021: Larissa Salime Bé ©Géraldine Louis

A 13h 30, le comité miss excellence se présente. Larissa Salim Bé est acclamée par les jeunes. Celle qui a été élue Mis Excellence France 2021 est désormais un modèle pour les adolescentes. «C’est un honneur pour moi d’être dans le lycée de ma commune. Bravo à toutes les personnes qui ont organisé cette élection.Ça fait plaisir de voir que notre jeunesse bouger et j’espère que ça va continuer» affirme  Miss France Larissa Salim Bé. Un espoir que porte également Némati Toumbou Dani, la présidente du comité miss excellence Mayotte. «J’encourage vivement les élèves qui arriveront les prochaines années à reprendre le flambeau. Nous serons là pour les soutenir, les encourager!»

A l’issus de ces prises de paroles, les festivités reprennent. «Et Maintenant, nous allons accueillir les merveilles, celles que vous attendez tous, le premier tableau des Miss Excellence Tani Malandi en tenues traditionnelles! Applaudissez-les très fort s’il vous plait! annonce l’animatrice

 Le 1er tableau, le défilé en tenue traditionnelle est loin des standards établit. Au lieu d’un passage individuel des candidates sur le tapis rouge, les reines de beauté entrent en scène précédées de leurs camarades du groupe de mbiwi.

Miss Excellence Tani Malandi : des candidates, sur le tapis rouge, entrent en scène précédées de leurs camarades du groupe de mbiwi. ©Geraldine Louis

La foule est conquise, enseignants et lycéens se délectent de cet-après –midi festive. Mais cette élection est une petite parenthèse pour les élèves. Très vite, ils se replongeront dans les révisions, car cette semaine, les épreuves du baccalauréat reprennent.