Les Salama Djema bradés ?

transports
Ancienne barge de Mayotte
Déjà que la mise aux enchères avait fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, l’annonce de la vente effective des barges et surtout le montant obtenu par le conseil départemental fait tout autant parler.
En effet, les meilleures offres viennent de sociétés basées à Madagascar. Le ponton motorisé et la Salama Djema ont été vendus pour un total de  502 000 €. Et l’autre barge Salama Djema 2 a été vendue aux enchères pour 81.000 euros.

Si les montants obtenus sont en dessous des estimations initiales, le conseil départemental parle d’une « plus-value intéressante pour un matériel sur lequel les interventions préalables (motorisation, circuit incendie, sablage, carénage, propulseurs…) nécessiteront des investissements importants ».

 
Remise en état de la barge
Et à ceux qui dénoncent cette vente, le conseil départemental explique que les travaux de mise aux normes françaises de ces navires pour une navigation dans les eaux mahoraises, sont étaient estimés entre 300.000 et 350.000 euros à minima. Trop coûteux pour des navires qui étaient en rade depuis près d’une dizaine d’années pour deux d’entre eux et cinq ans pour l’autre.






Poursuivre sa politique de modernisation de sa flotte


Suite donc à la mise aux enchères, 13 offres complètes ont été soumises au STM. La commission s’est tenue ce 17 juin, et le choix s’est porté sur une société mauricienne basée à Madagascar et une société malgache. Les navires vont rejoindre un autre navire mahorais qui sert déjà dans les eaux malgaches « la Mahoraise 3 ».

L’opération va dans tous les cas aider le conseil départemental à poursuivre sa politique de modernisation de sa flotte, une politique entamée dès 2016-2017 avec l'acquisition des amphidromes Karihani et Polé ; deux navires avec une grande capacité de transport de personnes 590) et de véhicules (33) pour un coup de total de 18 millions d’euros.
 
Salama Djema

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live