Sea Shepherd France offre jusqu’à 5000 euros contre le braconnage des tortues.

environnement
Tortues de Mayotte
©Sea Shepherd France
La journée mondiale de l’océan c’est ce lundi 8 juin. Sea Shepherd, l’ONG Internationale maritime lance à cette occasion, une opération sur Mayotte pour appréhender les braconniers des tortues ainsi que les consommateurs de cette viande interdite.
On se souvient tous de la récente histoire des braconniers de tortues appréhendés dans la barge par les gendarmes. Des braconniers qui ont été relâchés par la justice à cause d’un vice de procédure. Cependant le braconnage des tortues continue malgré tout dans l’île, notamment en ces périodes de confinement.

Fin mai, sur la plage de Majikavo 4, les membres de l’association Les naturalistes de Mayotte ont découvert quatre nageoires de tortues et une queue enfouies dans le sable. L’association veut alerter le pouvoir public sur la problématique et lance une pétition en ligne, en quatre jours, plus de 50 000 personnes l’ont déjà signé.

Cette fois-ci c’est autour de L’ONG Sea Shepherd France d’agir.
 
Opération Nyamba-Sea shepherd France à Mayotte.
Opération Nyamba-Sea shepherd France à Mayotte. ©Sea Shepherd France

Elle intervient à Mayotte depuis 2017 à travers des patrouilles dans les différentes plages de l’île pour faire fuir les braconniers. Elle veut désormais aider au démantèlement « des réseaux ».

Partant du principe que le braconnage existe parce qu’il y a une demande, l’ONG voudrait que la population dénonce les braconniers, les consommateurs mais surtout les commanditaires.


Selon Lamya Essemlali, Présidente de Sea Shepherd France:

Le braconnage de tortues à Mayotte ne répond en rien à un problème de subsistance. La viande se revend au marché noir jusqu'à 60 euros le kilo et pour l'essentiel, elle est consommée par des mahorais aisés, parfois très haut placés. Si ces massacres restent jusqu'ici largement impunis, c'est parce que le problème n'est pas pris au sérieux par les autorités locales. Il faut que ça change.


Et pour que ça change, l’ONG offre une récompense allant de 1000 à 5000 euros à ceux qui aideront au démantèlement des filières de braconnage. 
1000 euros si vous signalez un consommateur, 2000 euros si aidez à l’appréhension d’un braconnier et 5000 euros si vous dénoncez un commanditaire.
 
Bébé tortue à Mayotte
©Sea Shepherd France

Depuis 2017, Sea Shepherd intervient à Mayotte de Juillet à Octobre « pour tenter d'enrayer le massacre ». Plus d'un millier de patrouilles ont été réalisés et des centaines de tortues ont été protégées. Avec le confinement, il est probable, qu’elle repousse sa date d’intervention à Mayotte.


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live