Le deux présumés braconniers de Moya sont sortis libres du tribunal

nature
Carcasse tortue
La décision a provoqué un tollé général, les deux suspects dans une des plus grandes affaires de braconnage à Mayotte ont été relaxé pour vice de procédure.
 
La comparution immédiate des deux suspects arrêtés dans l’affaire du massacre de 28  tortues à Moya, en Petite-Terre, ont été relâchés à cause d’un problème de procédure.
28 cadavres de ces animaux protégés et emblématiques de Mayotte avaient été retrouvés gisant sur la plage de Moya ce week end.
Deux individus ont été appréhendés mardi par les gendarmes dans la barge transportant, dans leurs sacs, 65 kilogrammes de viande de tortue verte et ils avaient reconnu les faits de braconnage en garde à vue, mais sans la présence d'un avocat, avant de se retracter.
Mercredi, ils ont été présentés à un juge en comparution immédiate mais leur avocat commis d'office a invoqué la vice de procédure au vu du code de procédure pénal, il a donc réclamé  l’annulation de la procédure et la relaxe de ses deux clients.  
Le procureur de son coté a demandé 6 mois de prison, trois ferme, et trois aménageables sous forme de travail d’intérêt général. 
Mais c'est bien la demande du défenseur des deux mis en cause qui sera entendu par la juge qui a rappellé “le droit fondamental qu’a chacun à être défendu par un avocat à chaque étape de la procédure” . Elle a donc annulé l’ensemble des procès verbaux ainsi que la garde à vue, avan de prononcé la relaxe.  “Un message fort d’impunité” adressé aux braconniers déplore Michel Charpentier. 
Les associations de protections de la nature se disent scandalisées et parlent de « permis de braconner ». Les enquêteurs n’ont pas averti l’avocat de permanence alors que celui-ci a été sollicité par les mis en cause…

La lutte contre le braconnage est menée par de nombreuses associations à Mayotte. Depuis quelques mois, la justice s’était montrée sévère contre les auteurs de tels actes, ce qui explique en partie leur incompréhension à la sortie du tribunal de Mamoudzou.