« Si j’ai choqué les Mahorais, c’est que nous ne nous sommes pas compris »

coronavirus
Annick Girardin
Annick Girardin ©Mayotte la 1ere
À Paris, ce jeudi 15 mai, la ministre des outre-mer est revenu sur ses propos polémiques. Elle affirmait après une question du député Kamardine que les faits de délinquance étaient en baisse de moins de 45% sur les trois derniers mois. Elle est revenu sur ses propos, hier au sénat.
 

Si j’ai choqué les Mahorais, c’est que nous ne nous sommes pas compris 

c’est le discours tenu hier par la ministre des outre-mer Annick Girardin.

Elle répondait, au sénat, à une question du sénateur Thani Mohamed Soilihi lors de son audition par la délégation sénatoriale aux outre-mer.
La ministre a admis que sa réponse à l’Assemblée nationale, mardi, a choqué.
je sais que les chiffres que j’ai donnés peuvent paraître éloignés du ressenti au quotidien des Mahorais
 
Mais elle confirme, Oui, les chiffres ont baissé, des chiffres issus de la baisse du nombre de plaintes déposées.
 
Pour expliquer, elle pose deux questions sans y répondre.
 
Est-ce que les gens vont moins porter plainte parce qu’ils estiment que ça ne change pas grand-chose ? Où est-ce que la période de confinement a fait qu’il y a eu moins de plaintes ?
 
Elle a poursuivi son audition en disant s’inquiéter fortement de la situation sanitaire à Mayotte où les lits de réanimations sont passés de
16 à 36. Annonçant également l’arrivée de 10 lits supplémentaires avec les militaires quand Dominique voynet parle de son côté, de lits de substitutions.
 
80 soignants sont également annoncés sans savoir si ils viennent en supplément ou en remplacement  des effectifs déjà présents.
 
 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live