Union des Comores : Interdiction de mariage mixte à Djumwashongo : « Nous ne voulons pas d’ingérence dans notre ville »

océan indien
comore
©Faïza Soulé Youssouf
Le 03 janvier 2020, les notables de Djumwashongo ont pris une décision qui n’a pas tardé à susciter la polémique.
Une interdiction des mariages mixtes sous peine d’excommunication et de sanctions pécuniaires pour « les contrevenants ». Pour Abdoul-malik Ahmad, docteur en sociologie, « cette décision relève d’une longue tradition africaine dans laquelle on a du mal à voir les individus exister en tant que tels ».
Abdoul Malick
©Faïza Soulé Youssouf

Le 06 janvier dernier, une vidéo circulait sur les réseaux sociaux. On y voit un groupe d’hommes d’âges mûrs assis autour d’une table. Un homme en boubou et portant le bonnet traditionnel prend la parole. « Nous avons tenu deux réunions, et nous informons par ce biais toutes les personnes issues de Djumwashongo qui vivent en Europe que nous avons décidé que si l’un de nos enfants ou nos sœurs épousaient un étranger, des sanctions pécuniaires et un bannissement s’en suivront (…). La vidéo est authentique. Elle date du 03 janvier 2020.
 

« Nous voulons sauvegarder nos valeurs, notre culture »

Mayotte la 1ere a rencontré l’un des notables présents dans la vidéo le 08 janvier. Mchami Ibrahim, notable et enseignant de son état explique « que la décision a été prise à l’unanimité ». « Nous voulons sauvegarder nos valeurs, notre culture », a-t-il martelé. Raison pour laquelle « toutes les familles qui enfreindront cette décision seront excommuniés durant 5 ans, elles auront également à payer 5000 euros d’amende pour leur réintégration ». La notabilité qui a aussi prévu des sanctions pour ceux qui prendront part aux festivités d’un mariage mixte : « bannissement de 5 ans et 2000 euros demande pour leur retour dans la vie sociale de la communauté ». La mesure suscite la polémique. Ce qui fera dire à Mchami Ibrahim :

nous avons pris notre décision, pour pouvoir sauver ce qui peut l’être nous ne voulons pas d’ingérence dans notre ville.

 
« Sauver ce qui peut l’être » et faire comprendre aux femmes qu’elles doivent obligatoirement se marier avec un comorien sous peine de se voir exclues. Car la mesure vise essentiellement les femmes de la diaspora originaires de Djumwashongo. « Je vous l’accorde, cette décision concerne essentiellement la gente féminine, car bien plus que les hommes, elles épousent des étrangers et en oublient de s’occuper de leurs mères », a-t-il indiqué.
comore
©Faïza Soulé Youssouf

« Dans notre société, les femmes sont considérées comme inférieures aux hommes »

Pour Abdoul-malik Ahmad, enseignant chercheur à Aix-Marseille Université, « cette interdiction s’inscrit dans une longue tradition africaine dans laquelle on a du mal à voir les individus exister en tant que tels ; nous avons migré, nous sommes partis en Europe, nos enfants naissent là-bas, mais il est inenvisageable pour beaucoup qu’un franco-comorien puisse choisir sa conjointe, et la situation se durcit encore plus quand il s’agit de femmes », a-t-il analysé.
 
Ce docteur en sociologie qui a épousé une étrangère subit encore des remarques déplaisantes suite à cette union « non conventionnelle ». Mais selon lui, si les femmes sont surtout visées par la décision des notables, c’est pour une raison. « Nous sommes dans une société patriarcale et les femmes ne sont pas considérées comme des individus à part entière ; elles peuvent étudier mais elles restent des êtres inférieurs, quand il s’agit d’elles, on met en jeu des questions d’honneur, de respect. En fait, ces questions-là, au-delà de l’aspect social, c’est pour leur dire pensez à l’honneur, soumettez-vous et évidemment aux hommes, on ne dit pas ça ».
 
Toujours est-il qu’il y a un peu moins de 4 ans, la notabilité de la capitale, Moroni, avait pris la décision d’interdire les grands-mariages mixtes. Pour elle, le anda ( grand-mariage, ndlr) est une alliance entre deux familles comoriennes, une institution qu’il faut préserver mais elle n’avait pas pour autant interdit les unions mixtes.
 
 

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live