Les vacances d'été en métropole sont compromises pour les résidents de Mayotte.

transports
aeroport
©Andry Rakotondravola
Il va être compliqué pour les mahorais de partir en vacances pendant cet été métropolitain. Le gouvernement envisage des tests au départ de Mayotte, et des quatorzaines à l’arrivée en métropole. Ces contraintes seront précisées par décret prochainement.

"Tester tout le monde au départ de Mayotte ? C’est impossible" dit-on à l’ARS.


La directrice Dominique Voynet explique que l’on a actuellement la possibilité d’effectuer « un maximum de 300 tests par jour ». Si on dépistait tous les voyageurs au départ, il ne resterait aucun moyen pour surveiller l’évolution de l’épidémie à Mayotte.

Manque de personnel pour réaliser les tests, des machines aux capacités limitées, et une tension constante sur les produits réactifs ; tout cela fait que l’idée de tester les voyageurs au départ vers la métropole, exprimée par le ministre de la santé Olivier Véran mercredi soir devant l’Assemblée Nationale, n’est pas réalisable.

Reste une autre option : celle de la quatorzaine stricte obligatoire pour les passagers à l’arrivée. Elle est déjà appliquée à la Réunion. Cette solution est peu envisageable pour ceux qui voudront aller passer un mois de vacances.

La Réunion interdite d’accès ?

Aéroport de la Réunion

Autant dire que les projets de vacances en métropole sont hautement compromis pour les résidents de Mayotte. A moins qu’une nouvelle décision ne vienne assouplir les restrictions.
Pour la destination Réunion, c’est encore pire. Il semble que tout est fait pour y limiter l’arrivée des Mahorais.

Sur le site de la compagnie Air-Austral, il est possible d’acheter des billets dans le sens Réunion-Mayotte, mais cela ne marche pas dans l’autre sens ! Les candidats au voyage entre Mayotte et la Réunion restent soumis à une autorisation venant de la préfecture de la Réunion… Et ce n’est pas pour passer des vacances. Seuls les résidents à la Réunion, et ceux qui doivent suivre des examens médicaux sont autorisés à emprunter ces vols. Ces restrictions cadrent mal avec l’annonce de la reprise des vols commerciaux.

Un autre frein restera le prix : Les tarifs aériens de la métropole vers l’outremer sont à la baisse, -15% vers les Antilles, - 19% vers la Réunion. A Mayotte ça ne bouge pas. Les voyages coûtent toujours aussi cher, faute de concurrence…mais là, c’est une autre histoire.
 
Des prix jugé exorbitant par les consommateurs.