14-18 : la Nouvelle-Calédonie commémore le centenaire de l’armistice

commémorations
Centenaire armistice 14-18. 11 novembre
©NCla1ere
Plus de 2 000 Calédoniens ont rejoint l’hémisphère Nord pour combattre sur les fronts européens et orientaux lors de la Première Guerre mondiale. 576 d’entre eux n’en sont pas revenus. Un siècle après, la Nouvelle-Calédonie se souvient.
La Nouvelle-Calédonie a payé un lourd tribut à la Première Guerre mondiale : 576 morts à une époque où l'archipel ne comptait que 50 000 habitants. En quatre contingents partis de Nouméa, plus de 2 000 mobilisés « français" ou engagés « indigènes" vont participer à la Grande Guerre.
L'histoire de ces années de sacrifices racontée par Antoine Le Tenneur et Benjamin de Los Santos. 
©nouvellecaledonie


Plus de 2 000 soldats calédoniens, citoyens et tirailleurs kanak ont combattu sur les différents fronts. 1 600 en sont revenus. D’abord déployés et éparpillés dans différents régiments, ils seront pour la plupart regroupés au sein du Bataillon Mixte du Pacifique à partir d’avril 1917.
Sylvette Boubin-Boyer, docteur en histoire contemporaine, était ce samedi soir l’invitée du journal télévisé avec Yvan Avril. 
©nouvellecaledonie

 

Les premiers départs de contingents

La mobilisation générale est proclamée en Nouvelle-Calédonie le 5 août 1914.
Le premier contingent avec 712 mobilisés partira le 23 avril 1915.
Le reportage de 2015 d’Antoine Le Tenneur et Brigitte Whaap.

Les « engagés volontaires » kanak partiront eux le 4 juin 2016.
Le reportage de 2016 d’Antoine Le Tenneur et Nicolas Fasquel. 
©nouvellecaledonie


Des commémorations un peu partout

Les commémorations du centenaire de l'armistice du 11 novembre ont débuté dès ce 10 novembre pour certaines communes de Nouvelle-Calédonie.
Ainsi à Dumbéa ou à Païta comme le montrent ces images de Michel Bouilliez. 
©nouvellecaledonie


A Nouméa, un dépôt de gerbe était organisé à 17 h au monument aux morts de la place Bir Hakeim.
Des images signées Michel Bouilliez. 
©nouvellecaledonie
Le conseil municipal junior de Nouméa participait aussi à ces commémorations.
Le reportage de Clarisse Watué 
A Poya, une nouvelle plaque a été apposée pour l’occasion sur le monument aux morts de la tribu de Nekliaï. Le RSMA qui participe à l’événement a remis aux familles descendantes des soldats morts aux combats les dossiers de ces derniers. 
Centenaire armistice 14-18. 11 novembre. Poya
Le monument aux morts de Nekliai à Poya ©Cédrick Wakahugnème
A l’occasion de ces commémorations, le sénateur Gérard Poadja, a fait part de sa volonté de dresser un listing des soldats calédoniens tombés au front et enterrés en France. Il évoque notamment des discussions avec la ministre des Armées, Florence Parly et n’écarte pas l’idée d’un rapatriement des dépouilles.
Gérard Poadja au micro de Cédrick Wakahugnème 

A l’Ile des Pins, dépôt de gerbe également ce matin au monument aux morts de Vao, en présence du Rimap en détachement et avec la Marseillaise chantée par les enfants des écoles primaires de l’ile. 
Et dans un cadre plus privé, les familles Vakié et Koïtché vont rendre hommage aujourd’hui à leur arrière-grand-père, un ancien combattant.
Le reportage de Malia Noukouan 
14-18 tirailleur kunié
©SANC


A N’Dé sur la commune de Païta, une banderole a été installée au milieu de la tribu. Elle célèbre le centenaire de l’armistice et les poilus du Pacifique. Un geste en hommage notamment au tirailleur Goroco Isidore Koindredi, originaire de la tribu. 
Centenaire armistice 14-18. 11 novembre Tribu de N'Dé
©Brigitte Whaap
Ses descendants assistaient à la cérémonie de Nouméa. 
Son petit-fils, Nicolas Koindredi, militaire à la retraite a expliqué pourquoi à Clarisse Watué 
Centenaire armistice 14-18. 11 novembre Tribu de N'Dé
©Brigitte Whaap

A Paris, des enfants de Lifou ont fait le déplacement pour ranimer le 7 novembre dernier la flamme du soldat inconnu sous l'Arc de Triomphe. 

Une délégation du collège Georges Baudoux de Nouméa est également parti en Europe pour l'occasion. Ils se sont notamment rendus à Paris, à Londres et à Vesles et Caumont où sont morts des soldats calédoniens, et notamment Kalepo Wabete. 
 

Historique des commémorations

En Nouvelle-Calédonie depuis la fin de la Première Guerre mondiale, on commémore chaque année la fin du conflit, même si la date du 11 novembre n'a été retenue qu'à partir de 1924. Nos archives récentes montrent la permanence de la mémoire, des années 70 à aujourd’hui. 
Retour en images sur ces célébrations à Nouméa et en Brousse avec Antoine Le Tenneur et Benjamin De Los Santos. 

©nouvellecaledonie

Kalepo Wabete

L’an dernier, les cérémonies avaient été marquées par le retour à Tiga de la dépouille du tirailleur Kalepo Wabete, 99 ans après sa mort sur le champ de bataille. 
Le reportage de 2017 de Sylvie Hmeun et Patrick Nicar 
©nouvellecaledonie
 

Devoir de mémoire

Pour les parlementaires Calédonie Ensemble, « ce 11 novembre doit nous rappeler le souvenir et l’histoire commune de ces pères et grands-pères Calédoniens partis combattre ensemble pour une même cause ». 

Centenaire armistice 14-18. Communiqué parlementaires Calédonie Ensemble


Vous pourrez suivre les cérémonies du centenaire du 11 novembre 1918 depuis Paris sur NCla1ère en léger différé à partir de 22 heures ce dimanche soir, heure de Nouméa. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live