L'accueil en tribu : des réglementations au service du tourisme dans les Îles Loyauté

tourisme
La case
Depuis 2008, la province des Îles réglemente l'accueil en tribu afin de valoriser le travail des prestataires et pour tenter d' offrir un accueil de qualité et une destination authentique à la clientèle.

L'accueil en tribu


L'accueil en tribu est le produit phare et la spécificité du tourisme dans la province des Îles Loyauté.

Proche de l'écotourisme, très en vogue, il se veut simple et authentique. Le touriste, souvent logé en case, est invité à découvrir la nature des îles, la culture et les savoirs-faire locaux, tout en participant à la vie tribale.

Dans le but de développer ces structures, la province des îles Loyauté  a mis en place un ensemble de conditions de classement en trois niveaux : accueil familial, confort et grand confort.

Accueil en tribu

Des fleurs en guise d'étoiles


21 établissements sur 28 font partie de cette classification qui assure au touriste des conditions agréables d'accueil de confort et des prestations de services convenables.
Pour se différencier des classifications en hôtellerie, la province a choisi les fleurs à la place des étoiles.

Par ailleurs des forfaits nommés  "Ibozu" sont proposés par l'office du tourisme. 50% de ces ventes sont des accueils en tribu, une réussite donc pour ces structures.

Voir le reportage de Maurice Segu et  de Sylvie Hmeun-Virayie

 

Des traditions surprenantes


Les îles Loyauté ont des arguments de poids pour attirer le tourisme : en dehors des paysages paradisiaques ("le paradis n'est pas loin" de l'île des Pins par exemple), la tradition et l'identité mélanésienne  sont est encore très présentes.

Séquence découverte, à Lifou, avec une expérience culinaire à la tribu de Kedeigne située sur le plateau au centre de l'île.
Les habitants y pratiquent une chasse particulière et unique, en forêt.
Ils en ramènent l'ingrédient principal d'une spécialité culinaire coutumière : le fameux bougna de ... serpents.


Le reportage d'  Antoine Le  Tenneur et de Michel Bouilliez.

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live