nouvelle calédonie
info locale

Lutte contre le zika: renforcement des contrôles sanitaires à l'aéroport international de Nouvelle-Calédonie

santé
zika aéroport
Aéroport de La Tontouta en Nouvelle-Calédonie ©NC 1ère
35 000 personnes contaminées en Polynésie ! La Nouvelle-Calédonie, qui doit déjà faire face à la dengue et au chikungunya, a décidé de lutter pour tenter d'éviter la propagation du zika. La population du Pacifique n'est absolument pas immunisée contre cette maladie transmise par le moustique.
La Polynésie Française est en état de crise sanitaire, en quelques semaines 35 000 personnes (12% de la population) ont contracté le virus du zika transmis par le moustique. Le virus de la dengue, lui, était déjà présent sur ces îles, mais il a aussi proliféré: 13 000 cas ont été détectés en 2013. 
 
La Nouvelle-Calédonie lutte contre deux épidémies, la dengue et le chikungunya et tente d'éviter la propagation du zika.
 
Pour le moment, tous les cas de zika recensés étaient des cas "importés" de Polynésie autrement dit des personnes malades qui revenaient d'un voyage chez nos voisins.
 
 
A chaque arrivée d'un vol en provenance de Polynésie, les autorités sanitaires ont donc décidé d'être présentes pour effectuer des contrôles et faire de la prévention auprès des passagers. 
 
Par exemple, il est fortement conseillé aux voyageurs d'utiliser pendant au moins une semaine des répulsifs pour éviter de se faire piquer, une attitude qui devrait permettre de fortement limiter la contamination du moustique calédonien par le zika.
 
Les signes de cette maladie sont caractérisés par une éruption cutanée sur le visage et le corps survenant brutalement, accompagnée de fièvre modérée et de douleurs articulaires, avec parfois des maux de tête, des vertiges, des douleurs musculaires, des yeux rouges, des nausées ou des vomissements. 
 
Une de nos équipes a assisté à la veille sanitaire mise en place à l'aéroport international de Nouvelle-Calédonie.
 
 

Le reportage de Sylvie Hmeun et de Gaël Detcheverry de NC 1ère.  

 

 Les précisions du  Docteur Jean-Paul Grangeon de la Direction des Affaires Sanitaires et Sociales de Nouvelle-Calédonie (DASS).


 

Publicité