publicité

Assises: procès du braquage de la station service de Koutio

Volta Wananije et Mélina Gowé ne semblent pas mesurer la gravité des faits pour lesquels ils sont jugés par la cour d'assises de Nouméa. En avril 2012, ils avaient braqué une station service après avoir volé un fusil de chasse. Un député socialiste de passage en Nouvelle-Calédonie avait été agressé.

© NC 1ère
© NC 1ère
  • Par Sylvie Hmeun ( A.P)
  • Publié le , mis à jour le
Le rappel des faits: 
Le 10 avril 2012, à la station service du péage de la Savexpress, il est environ 22 heures, Volta Wananije et Mélina Gowé vont commettre les faits pour lesquels ils sont jugés  par la cour d’assises de Nouméa.

Volta met en joue le pompiste et l’oblige à lui remettre la caisse, un client est agressé, c'est le député socialiste Bernard Lesterlin ( de passage en Nouvelle- Calédonie pour faire campagne pour Francois Hollande). Il prend un coup de canon au visage.
Fort heureusement le calibre 12, volé quelques heures plus tôt à Koutio est mal chargé. Après ce braquage, le couple, un peu du genre Bonnie et Clyde, s’en va avec un butin de 69000 francs, (montant de la caisse et de quelques paquets de cigarettes).
Alertée par le pompiste, la gendarmerie arrêtera deux heures plus tard (vers minuit) les deux agresseurs rapidement identifiés, grâce à la vidéo de la caméra de surveillance.
Les gendarmes font rapidement le lien avec le vol d’un fusil de chasse, survenu dans l’après-midi même, dans une habitation de Koutio. Un endroit  que Mélina connaît bien puisqu’ elle y a travaillé en tant qu’employée de maison.

Sur place le couple menace d’une arme blanche et séquestre l’un des occupants pour subtiliser le fameux fusil et plusieurs objets : un butin estimé à plus de 2,3 millions de francs cfp.

Les victimes du couple de braqueurs se sont constituées parties civiles, à l’exception du député Bernard Lesterlin.
Ce lundi, les jurés de la cour d’assises ont procédé à l’examen de personnalité des deux accusés .

Volta âgé de 21 ans au moment des faits et Mélina 19 ans (en 2012) ne semblent pas vraiment prendre conscience de la gravité de leurs actes, tous deux ont reconnu sans opposition les faits.
Mélina placé sous contrôle judiciaire comparaît libre, contrairement à son compagnon en détention depuis les faits.
Ils risquent jusqu"à  20 ans de réclusion criminelle, le verdict est  attendu dans la journée de mardi.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play