L'affaire Guillemard-Kalinowski enfin jugée: relaxe au bénéfice du doute

justice
Jean Pierre Guillemard procès
Jean-Pierre Guillemard, ancien adjoint au maire de Nouméa entouré par les avocats de la défense ©NC 1ère
Après quatorze ans de procédure et quatre renvois, l'affaire concernant Jean-Pierre Guillemard et Christian Kalinowski a enfin été jugée par le tribunal correctionnel de Nouméa. Ils ont tous les deux été relaxés au bénéfice du doute...
Des autorisations administratives "problématiques"
 
Au début des années 2000, Didier Leroux, alors farouche opposant du Rassemblement-UMP et plus particulièrement de Jacques Lafleur, décide de porter plainte contre les " partisans d'un homme" qui vendent le "patrimoine de la collectivité"...
 
C'est le début d'une affaire politico-juridique très médiatisée à l'époque qui va donc durer plus de quatorze ans.
 
 
Abus de biens sociaux et prise illégale d'intérêts
 
Au coeur de la procédure, des "autorisations administratives avec contrepartie" qui auraient été accordées au promoteur Christian Kalinowski, soupçonné d'avoir notamment réparé "gratuitement" la maison de Jean-Pierre Guillemard alors adjoint au maire de Nouméa. 
 
Un effritement juridique
 
Au cours de ces quatorze année d'imbroglio politico-juridique, le dossier d'instruction s'est "effrité", certaines pièces comme le scellé numéro 7 ont même "disparu". Ce scellé contenait les éléments de la défense!
Un atout pour les avocats qui bien évidemment dénoncent la procédure...
 
 

Les précisions de Jean-Yves Le Borgne, l'avocat de Christian Kalinowski (interrogé par Sylvain Duchampt et Philippe Huneau)


 
Relaxés au bénéfice du doute
 
Lors de son réquisitoire, le substitut du procureur a requis contre Jean-Pierre Guillemard, un an de prison avec sursis, 20 millions de francs cfp et cinq ans d'interdiction d'exercer dans la fonction publique. Toujours pour abus de biens sociaux et prise illégale d'intérêts, un an de prison avec sursis, 30 millions de francs cfp d'amende et cinq ans d'interdiction d'exercer dans la fonction publique ont été requis contre Christian Kalinowski.
 
Mais en fin d'après-midi ce mercredi, Jean-Pierre Guillemard et Christian Kalinowski ont tous les deux été relaxés au bénéfice du doute...
La fin d'un long feuilleton juridique, enfin presque puisque le dossier concernant Jean-Pierre Duteis a finalement été dissocié de l'affaire "Guillemard-Kalinowski" et sera jugé en août prochain.L'ancien secrétaire général de la province sud est soupçonné d'avoir facilité l'occupation du domaine maritime pour la construction de Port Belandre à l'Anse-Vata en 2002.