Pouembout: du sel dans l'eau douce!

environnement
destruction cultures pouembout
L'eau salée détruit les cultures de la plaine de Pouembout ©NC 1ère
En raison de la montée des eaux de l'Océan Pacifique, l'eau salée gagne progressivement du terrain dans plusieurs communes de Nouvelle-Calédonie. En province nord, sur la plaine de Pouembout, elle menace même les cultures céréalières et maraîchères.
Le Pacifique Sud est l'une des régions les plus concernées par les conséquences néfastes du réchauffement climatique.
Le village de Lataw, sur les îles Torrès au Vanuatu illustre parfaitement la menace qui pèse sur les îles du Pacifique Sud: en 2004, cette petite localité a dû reculer de plusieurs centaines de mètres, ses 70 habitants devenant ainsi les premiers "réfugiés climatiques" de l’Histoire d’après les Nations Unies.
La Nouvelle-Calédonie n'échappe pas à cette menace...

Jusqu'à présent le relief de la Grande Terre semblait jouer un rôle protecteur face à l'océan, mais cette époque semble être révolue puisque les premiers signes visibles à l'oeil nu font leur apparition.

En province nord, plus précisément dans la plaine de Pouembout, l'eau salée gagne de plus en plus de terrain. Des plantes du bord de mer comme le pourpier poussent même au milieu des céréales, ce qui provoquent de vives inquiétudes chez les exploitants agricoles de cette région.

Certes l'absence d'entretien des digues et des barrages construits dans les années 70 n'arrangent pas la situation, mais la cause principale de cette "invasion" de l'eau salée reste la montée des eaux de l'Océan Pacifique.
 

Le reportage de Gilbert Assawa et de Daniel Sigal de NC 1ère