Championnats d'Europe de natation: Lara Grangeon blessée, mais prête à tout donner!

natation
grangeon europe blessure
Lara Grangeon ©francetvsport.fr
Encore gênée par une blessure aux ischio-jambiers, la nageuse calédonienne ne pense pas pouvoir décrocher de médailles aux Championnats d’Europe à Berlin. Elle débutera toutefois la compétition (lundi soir pour nous) avec l’ambition de tout donner. Entretien.
NC1ère : vous êtes actuellement à Mulhouse pour un stage de l’équipe de France. Comment se passe cette préparation ?
L.G : Tout le monde est réuni. Je m’entraîne avec Victor Martinez, le coach du pôle France de Font-Romeu. Mon entraîneur habituel n’est pas là. A Mulhouse, c’est vraiment de l’affûtage. On est dans la dernière ligne droite avant Berlin. On a réduit les kilométrages pour se concentrer davantage sur la technique. Pour l’instant, cela fonctionne très bien. Le groupe France est tourné vers l’objectif des championnats d’Europe, mais reste quand même détendu. Cela se passe très bien.

Quels ont été les grandes étapes – en tout cas celles que vous retenez – sur la route de ces championnats d’Europe en Allemagne ?
Ma préparation a commencé véritablement en changeant de lieu d’entraînement au mois de septembre l’an dernier. J’ai quitté Font-Romeu pour l’Espagne et tout a été complètement différent. Aux championnats de France, je me suis qualifiée pour les championnats d’Europe dans trois épreuves. Ensuite, je suis rentrée en Espagne et on a travaillé très dur. Nous sommes partis en Sierra Nevada (Californie, Etats-Unis) et jusque là, tout allait très bien. Mais par la suite, j’ai eu un petit problème à l’ischio-jambier. Une déchirure qui a perturbé ma préparation. Voilà où j’en suis. Il faudra faire avec!

Êtes-vous totalement remise de cette blessure ?
Pas tout à fait, non. C’est arrivé il y a un mois à peine. Normalement, il faut au moins six semaines pour guérir complètement d’une blessure à l’ischio. C’est encore délicat. Je ne peux pas très bien pousser sur le mur et faire de la brasse. Mais c’est quand même beaucoup mieux qu’il y a quelque temps.
Vous serez donc alignée sur les 200 et 400 mètres 4 nages et le 200 mètres papillon. Quels sont vos objectifs ?
Ce sera d’abord de donner le meilleur de moi-même et de faire mes meilleurs temps. Les podiums, cela me semble délicat. Les meilleures européennes sont aussi les meilleures mondiales. On l’a vu l’an passé aux championnats du monde de Barcelone avec les deux premières du 400 4 nages (NDLR : la hongroise Katinka Hosszu et l’espagnole Mireia Belmonte Garcia). Au vu de ma saison, ce sera difficile. Pour le moment, ce serait très bien de rentrer dans les finales des épreuves pour lesquelles je suis engagée.

Ces championnats d’Europe, c’est une étape avant les J.O de Rio. Vous êtes mentalement dans cette trajectoire ?
Voilà, mon objectif principal ce sont les Jeux Olympiques. L’an passée je n’ai pas pu bien m’entraîner en raison d’une blessure à l’épaule. Cette année, l’idée était vraiment de retrouver mon niveau et de revenir en Equipe de France. Ces championnats d’Europe sont une étape avant les Jeux. Bien sûr, aujourd’hui je suis concentré sur Berlin. Mais je garde en ligne de mire Rio, oui.

Dans cette équipe de France, vous n’êtes pas la seule calédonienne : Thomas Dahlia participera chez les hommes et Diane Bui-Duyet est dans l’encadrement. C’est plutôt sympathique de se retrouver entre Cagous chez les Bleus ?
Bien sûr, cela donne une force supplémentaire. Avec Thomas et Diane, on s’est toujours très bien entendus. On est un peu complice et c’est vraiment formidable.

Un petit mot pour vos supporters, ici, sur le territoire ?
Je les remercie pour leur soutien. On en a beaucoup. Cela nous donne de l’énergie en plus. On pense à tout le monde, au pays.

 
REPERES
Championnats de France en petit bassin à Dijon
1ère du 400m 4 nages en 4’37’’74
2ème du 200m 4 nages en 2’10’’93
3ème du 200m papillon en 2’10’10
Championnats de France en grand bassin à Chartres
1ère française en 4’40’’57, 2e de la finale derrière la hongroise Verraszto (4’39’’57)
2e française en 2’15’’25, 3e de la finale derrière Verraszto (2’11’’86) et C.Bonnet (2’13’33)
1ère du 200m papillon en 2’11’’57