publicité

18% des Calédoniens en situation d'illettrisme

Un nouveau plan de lutte contre l’illettrisme a été adopté ce vendredi par les élus du Congrès de la Nouvelle-Calédonie.  Un projet essentiel, dans la mesure où l’illettrisme touche au moins 18% de la population calédonienne.

  • Par Laura Schintu (avec A.P)
  • Publié le , mis à jour le
En 2013, selon les résultats de l’étude réalisée par l’ISEE, 18% des Calédoniens adultes (à partir de 16 ans) sont en situation d’illettrisme. Un chiffre alarmant, qui a poussé le CESE (Conseil Économique Social et Environnemental) à proposer aux élus du Congrès, un plan de lutte contre l’illettrisme  en Nouvelle-Calédonie. Les divers acteurs de l’enseignement général se sont mis d’accord pour travailler ensemble afin de réduire ce facteur d’exclusion sociale. 
 
Parmi les personnes illettrées, 4 000 sont âgées de 16 à 25 ans. La preuve, une fois de plus, que l’école a son rôle à jouer en terme de prévention, car elle doit assurer la maîtrise des fondamentaux. Pour Patrick Dion, vice-recteur de la Nouvelle-Calédonie et directeur général des enseignements, le problème vient notamment de ce qu’il nomme le "couloir de l’illettrisme"  en expliquant que "les élèves en échec le restent, et ce malgré les efforts prodigués par le système en leur faveur". Il faut donc, selon lui, une "mobilisation intense et active pour raccrocher ces élèves-là dans le peloton de la scolarité". Selon le vice-recteur, la mise en place de  moyens précis et innovants est nécessaire, une action dans laquelle le rectorat prévoit de s’engager fermement. 
 
Or, si le problème de l’illettrisme se pose d’abord au niveau de la scolarité, il se poursuit ensuite dans la formation professionnelle. Comme le souligne Alexandre Gauthier, président de l’ISEE, la Nouvelle-Calédonie est face à un  "phénomène social majeur qui touche les personnes dans tous les domaines de leur vie, car les déficiences de compréhension provoquent des handicaps dans la vie quotidienne". Des déficiences de compréhension qui ne s’arrêtent pas à la langue. La preuve avec cet autre chiffre : 38% des Calédonie ont des problèmes de calcul, soit 4 adultes sur 10. Des difficultés qui peuvent handicaper dans la vie personnelle, sociale et culturelle.
 
Avec l'adoption de ce nouveau plan de lutte contre l'illettrisme, un comité de pilotage a été mis en place. Dans un premier temps, plusieurs groupes de travail procèderont à des évaluations sur l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play