publicité

Le centre pénitentiaire de la Province nord devient une réalité

L’Etat et l’institution provinciale ont signé ce mercredi une convention pour la réalisation d'un centre pénitentiaire destiné à accueillir les prisonniers originaires de la Province nord. Il aura pour vocation principale de permettre aux détenus en fin de peine de mieux se réinsérer.

Le futur centre pénitentiaire de Koné sera construit derrière l'hôtel de la Province Nord ©
© Le futur centre pénitentiaire de Koné sera construit derrière l'hôtel de la Province Nord
  • Par Cédric Wakahugnème (avec A.P)
  • Publié le , mis à jour le
Koné accueillera le centre pénitentiaire de la Province nord
"Cette signature de convention est un évènement important pour le rééquilibrage de la Province nord et nos populations du Nord ", a déclaré le Paul Néaoutyine, le président de la Province Nord, lors de la présentation ce mercredi du projet du futur centre pénitentiaire de Koné.
Le chef de l’exécutif provincial a accueilli une délégation conduite par le représentant de l’Etat en Nouvelle-Calédonie, Vincent Bouvier, et les coutumiers de la région. Le futur centre pénitentiaire de la Province nord, destiné dans un premier temps aux peines aménagées, sera construit derrière l’hôtel de la Province nord près du lotissement de Païamboué, à deux pas du futur collège et de la plate-forme hospitalière d’urgence. La signature de cette convention entre l’Etat et la Province Nord marque officiellement le lancement de cette opération.
 
Un projet inscrit dans le rééquilibrage de la Province Nord
Les prémices de projet de centre pénitentiaire date de 2012 avec un engagement fort de l’Etat, qui s’inscrit dans une politique de rééquilibrage. Un an plus tard, que le 11e Comité des signataires de l’Accord de Nouméa, confirme la réalisation de ce projet. Pour les élus calédoniens et l’Etat, ce centre pénitentiaire doit répondre aux ambitions locales. Ainsi, il doit rapprocher les détenus de leurs familles. "Au Camp Est, il y a beaucoup de détenus de la Province nord, il convenait de réduire les distances ", souligne Michel Sallenave, commissaire délégué en Province Nord. Ce futur centre pénitentiaire permettra notamment le désengorger le trop de pleins de détenus au Camp Est de Nouméa. En parallèle, il aura une réelle mission de réinsertion sociale avec un accompagnement pour un retour progressif à la vie active. Pour l’Etat, "l’objectif est aussi de renforcer le pôle judiciaire du Nord au côté du Tribunal de Koné et le SPIP, le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation" a indiqué Vincent Bouvier, le Haut-Commissaire de la République,« ce projet établis une étroite collaboration entre la Province nord et les services de l’Etat" a t-il précisé.
 
Une centaine de places
Quatre hectares de superficie seront destinés pour l’implantation du centre pénitentiaire de la Province nord. Deux hectares supplémentaires ont été réservés à l’arrière pour une possible extension. La Province Nord et l’Etat s’engage dans un premier temps à la réalisation de la viabilisation de la parcelle pour un montant de deux millions de francs cfp. Dans son ensemble, le projet du futur Centre pénitentiaire de Koné est évalué à 23,3 Millions d’euros soit 2,8 Milliards de francs cfp.
Avant les premiers terrassements, l’année 2015 sera marquée par le lancement des consultations pour la sélection des prestataires et l’élaboration des marchés publics. La livraison du centre pénitentiaire de la Province nord est prévue pour le courant 2019.

Sur le même thème

  • justice

    Affaire Tamaï: Seleone Tuulaki condamné à dix ans de prison

    Le procès, prévu sur trois jours, en aura duré deux. La cour d'assises a rendu son verdict ce mardi après-midi dans l'affaire des coups mortels qui ont entraîné la mort de Guy Tamaï, et condamné Seleone Tuulaki à dix ans de prison.

  • justice

    Assises: ouverture du procès des coups mortels sur Guy Tamaï

    Trois jours de procès s'ouvrent aux Assises, durant lesquels Seleone Tuulaki devra répondre de ses actes. Au premier jour de son procès, l'ingénieur enseignant nie toujours avoir frappé Guy Tamai à plusieurs reprises, il ne reconnaît qu’un coup de pied.

  • justice

    L'affaire Tamaï aux assises

    Un procès retentissant s’ouvre demain aux assises de Nouméa : l’affaire Guy Tamaï, du nom de l’ancien secrétaire général de l'UPM décédé en juin 2014 après une bagarre. Seleone Tuulaki est accusé de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play