L'ancien maire de Ouégoa, coupable de braconnage

justice
tribunal koné
Section détachée de Koné ©Cédrick Wakahugnème NC 1ère
Mercredi matin, l'ancien maire de Ouégoa, Joël Carnicelli, comparaissait avec un autre prévenu devant le tribunal de Koné, pour des faits de braconnage.
Le procès était prévu au mois de juin dernier, mais avait du être reporté en raison de divergences de témoignages entre les deux prévenus : l'ancien maire de Ouégoa, Joël Carnicelli et Steven Dubois. Ce mercredi, les deux hommes étaient présents à la barre du tribunal de Koné.

Les faits remontent au mois de janvier 2014. Ce jour-là, Joël Carnicelli et Steven Dubois naviguaient en compagnie d'autres personnes sur le fleuve du Diahot. Parmi les occupants de l'embarcation, un habitant de Ouégoa, Gianny Ogushiku. Agé de 32 ans, ce dernier était un tranquille père de famille sans histoires.

A la suite de cette virée, vers 22 heures, Gianny Ogushikur avait été mortellement touché d'une balle à la tête. Les circonstances de ce drame n'ont jusqu'à présent pas été établies.

Mais ce n'est pas sur le fond de l'affaire, ni sur les circonstances du décès de Gianny Ogushikur, que le tribunal de Koné s'est prononcé ce mercredi matin. Il statuait en effet uniquement sur les faits de braconnage.

Comme au moment de l'enquête, les deux prévenus, Joël Carnicelli et Steven Dubois, ont nié les faits qui leur sont reprochés, c'est à dire leur implication dans une opération de braconnage.

Lors de son audition auprès des gendarmes, Joël Carnicelli aurait déclaré que "les armes, c'était pour faire tomber les mangues". D'autres sources auraient toutefois indiqué que la virée dominicale tournait autour d'une chasse à la roussette, chasse interdite à cette période.

Les accusés ont été condamnés à 100.000 francs CFP d'amende chacun pour braconnage, assortie d'un sursis de trois ans. Le tribunal a par ailleurs ordonné la confiscation de toutes leurs armes de chasse.

Reste toutefois à ce jour l'épineuse question des circonstances qui ont conduit au décès de Gianny Ogushikur. Mercredi matin, sa famille, meurtrie, a assisté à l'audience. Elle attend toujours que la lumière soit faite sur cette affaire.