Brèves du Pacifique

L'Église catholique contre la chasse aux sorcières en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Un bateau de pêche papou a été secouru par la Nouvelle-Zélande. Le Pacific Freedom Forum et Reporters sans frontières appellent le président indonésien, Joko Widodo, à tenir ses promesses...

Des catholiques papous se préparent à accueillir l'ambassadeur américain pour le forum sur la sorcellerie. © Donald Lippert Twitter
© Donald Lippert Twitter Des catholiques papous se préparent à accueillir l'ambassadeur américain pour le forum sur la sorcellerie.
  • Élodie Largenton ABC Radio Australia pour NC1ère
  • Publié le
L'Église catholique contre la chasse aux sorcières en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Plusieurs hauts responsables de l'Église dans la région, mais aussi une chercheuse australienne, un sociologue et l'ambassadeur américain à Port-Moresby, vont participer, cette semaine, à un forum contre la violence perpétrée contre des pseudos-sorciers. Pour l'évêque Donald Lippert, interrogé par la radio nationale néo-zélandaise, « il est très difficile de faire en sorte que quelqu'un arrête de croire en la magie noire, mais les gens doivent savoir que s'ils s'en prennent à des innocents au nom de cette croyance, ils en seront tenus responsables »
 
Un bateau de pêche papou a été secouru par la Nouvelle-Zélande alors qu'il était en train de couler au large de Tokelau. Les 36 membres d'équipage étaient montés à bord d'un canot de sauvetage après que le moteur du bateau avait pris feu. Selon l'un des sauveteurs néo-zélandais, le propriétaire de ce bateau, le Glory Pacific Number 8, a attendu plusieurs heures avant de demander de l'aide, alors qu'il savait que l'équipage était en danger.
 
Le Pacific Freedom Forum et Reporters sans frontières appellent le président indonésien, Joko Widodo, à tenir ses promesses et à se « convertir à la liberté de l'information ». « L'ouverture de la province de Papouasie aux journalistes étrangers - une promesse de campagne de Jokowi - n'est qu'un leurre. Si les journalistes peuvent s'y rendre - sous certaines conditions - ils sont étroitement surveillés sur place, exposant ainsi leurs sources à des représailles de la part des autorités », regrettent les ONG de défense de la liberté de la presse.

Sur le même thème