Insécurité : la mobilisation citoyenne

sécurité
marche bourail
©Lucinda Ali
STOP à la violence! Les citoyens se rassemblent pour exprimer leur ras-le-bol : vols, écoles et dispensaires vandalisés, personnel médical agressé, meurtres. Une violence qui gangrène également les communes hors de Nouméa. 
Le sentiment d’insécurité se généralise et les premières victimes sont les habitants des villages mais aussi des tribus.
" Il n'y a plus de respect pour rien", " c'est une petite bande qui s'amuse à faire çà"... Les mêmes phrases reviennent à nos oreilles, d'une commune à une autre, la population est excédée, même démunie face à cette problématique : comment endiguer, canaliser cette violence ?
Ce qui est sûr :
  • pas question de subir cela plus longtemps. Les citoyens se réunissent, font cause commune pour interpeller les "A"utorités
  • pas question de stigmatiser une partie de la population. Le discours se veut réfléchi afin de trouver ensemble des solutions à une problématique aux causes multiples. 


Houailou - Une marche contre les actes d'incivilités. 19/02/16

Fermeture du dispensaire : comme un électrochoc !
En signe de protestation , le dispensaire est resté fermé en ce début de semaine jusqu'à jeudi. Seules les urgences ont été assurées. Après les agressions de janvier, ce dimanche 14 février, la médecin chef s'est faite volé une voiture de service alors qu'elle soignait un blessé grave. L'auteur présumé du vol n'est autre qu'un des accompagnants du blessé.
C'en est trop pour l'équipe médicale qui veut alerter sur sa situation.
Alors la population est pris en otage, une deuxième fois. Mais que faire ?

Fermeture du dispensaire de Houailou
Lors d'une précédente fermeture du dispensaire. ©NC la 1ere

Une marche pour dénoncer ces actes de violence
Ce vendredi 19 février, 150 personnes environ ont défilé dans les rues du village pour protester contre les vols et incivilités à répétition. Une délégation de manifestants était reçue dans la matinée par le maire de la commune, Pascal Sawa, pour lui faire part de leurs inquiétudes.

Réunis en assemblée de Province, les élus ont voté une subvention à la commune de Houailou pour la sécurité des professionnels de santé d’astreinte au centre médico-social.


Bourail - Un cahier de revendications en neuf points.  18/02/16

Suite aux vols de voitures retrouvées calcinées, aux magasins cambriolés, et à l'augmentation des tags sur les murs du village, le  SCALP : syndicat des commerçants, artisans, professions libérales, entreprises et patentés de Bourail, s'est associé aux coutumiers de l'aire Aije Aro ( Bourail, Houailou, Moindou et Poya) pour remettre un cahier de doléances à la mairessse et au délégué du haut commissaire de la Province Sud. 

Les neufs points soulevés :
  • une police municipale plus présente, en alternant ses rondes avec celles de la gendarmerie (mutualisation des moyens)
  • le retour de la gendarmerie au sein du village pour réduire le temps d'intervention (estimée à plus de 40 minutes aujourd'hui)
  • la justice : avoir recours au TIG (travail d'intérêt général) plus fréquement.
  • le comité local de sécurité et de prévention de la délinquance : réactiver cette cellule en intégrant le SCALP 
  • la vidéosurveillance à mettre en place
  • l'éclairage public : de nombreuses zones dans le village ne sont pas éclairées. Une situation propice aux actes de vandalismes
  • la vente de bombes de peinture, avec ces questions : Peut elle être réglementée ? Un mur d'expression peut il être mis en place?
  • les zones à risques à identifier, exemple le nakamal
  • la mise en place d'un partenariat entre l'Etat/Gouvernement/Provinces/Mairie/SCALP/ Sénat Coutumier pour un suivi des actions à mettre en place selon un calendrier à déterminer.
Le reportage de Nadine Goapana et de Michel Bouilliez . 18 février 2016.
Insécurité : la mobilisation citoyenne


Thio - Un front commun contre la délinquance . 13/01/16

En janvier, un peu moins d'une centaine de personnes avait répondu à l'appel du collectif "vivre à Thio".
Les participants ont pu montrer leur volonté de "vivre ensemble", objectif : faire front commun contre la délinquance.
Ils ont ainsi marché de la Mission jusqu'au village comme pour renouer des liens distendus par la violence. Et trois jours plus tard, un gendarme est grièvement blessé au visage après avoir été caillassé au cours d'une de ses patrouilles.

Calmer les tensions
Un cabinet de conseil en organisation et en management dédié au secteur public travaille avec l'équipe municipale pour créer notamment des espaces de paroles. L'idée est de renouer le dialogue au sein de la communauté. Comme un médiateur, ce cabinet tente de remettre les choses à plat afin que l'esprit serein, des amorces de solutions puissent être développées. 
« Il y a eu un sentiment d’urgence, la nécessité d’agir chacun à la place qui est la tienne et puis une volonté d’agir ensemble rapidement. Il y a une réflexion très concrète sur la réactivation du dispositif (Contrat Local Sécurité et Prévention Délinquance) et il y a aussi une approche présentée par un bureau d’études qui consiste à aller vers ce noyau de jeunes en difficulté», souligne Vincent Bouvier, le Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie.  (25/01/16)

En novembre 2013,Christain Bull est victime d'actes d'incivilités à répétion : vingtaine de cochons égorgés, tentative de cambriolage à son domicile. Il pointe du doigt une bande d'individus qui s'amuse à détruire et surtout, il exclut toutes rivalités entre "blancs et noirs" :

Insécurité : la mobilisation citoyenne
 

Opération "Ville Morte"
En aout 2011, une mobilisation organisée par les coutumiers avait fait de Thion une : " Ville morte ". La solidarité s'était alors exprimée : commerces fermés, écoles vidées de leurs élèves. L'opération avait réuni une centaine de personnes.
Une action de sensibilisation suite à la montée de la délinquance dans la commune : tirs de carabine sur un transport en commun et l'incendie de la boucherie du village.


Koumac - Appel à la vigilance "Fermez vos portes à clef" . Janvier 2015.

Ce début  d'année 2015 est marqué par une série de vols de voitures, de cambriolages chez les particuliers et dans les commerces. Les faits délictueux augmentent et le Maire de la commune appelle ses administrés à faire preuve de vigilance.
 

Une mesure simple mais qui bouscule les habitudes!
Aujourd'hui, laissez une porte ouverte, c'est prendre le risque d'être cambrioler alors même que les propriétaires sont à leurs domiciles.  Sans cédez à la psychose, les recommandations de la police et de la gendarmerie sont claires : "Verrouillez vos portes". Et pour cause, les voleurs opportunistes existent. Ils testent plusieurs portes, s'introduisent dans les maisons, et mettent la main sur tout ce qu'ils peuvent emporter.

Une victime de home jacking témoigne anonymement. Janvier 2015.

Insécurité : la mobilisation citoyenne



Népoui -  L'autodéfense n'est pas une solution ! Aout 2013

La population de Népoui est exaspérée ! Une série de vols de voitures retrouvées calcinées ont eu lieu ce week end du 10 et 11 aout 2013.
Toute la journée du lundi 12 aout 2013, une soixantaine d'habitants a manifesté au bord de la RT1 pour interpeller les pouvoirs publics. Le commissaire délégué de la République, Michel Sallenave avait rencontré les habitants. Ces derniers demandent le retour de la gendarmerie à Népoui pour mettre un terme aux agissements d'une petite bande qui sème la zizanie dans le village.

Insécurité : la mobilisation citoyenne


Poya - Une pétition adressée au Procureur . Juillet 2013

Les établissements scolaires et les administrations publiques ont gardé leurs portes closes.
300 personnes ont marché à Poya pour protester contre les profanations de leur église, les cambriolages des écoles et les nombreuses incivilités perpétrées dans la commune. Tous ont signé une pétition adressée au procureur de la République, Claire Lanet, pour demander un meilleur suivi des délinquants.
poya
©nc1ere