nouvelle calédonie
info locale

Sans-abris : un soutien compliqué

coronavirus
Faute de pouvoir trouver un refuge, les sans-abris cherchent des lieux où ils peuvent s'isoler et se protéger.
Faute de pouvoir trouver un refuge, les sans-abris cherchent des lieux où ils peuvent s'isoler et se protéger. ©Christian Favennec
Seuls deux centres d’accueil peuvent héberger dans des conditions satisfaisantes les sans domicile fixe. Macadam Partage en revanche ne peut le faire pour des raisons sanitaires. L’association reste en soutien, avec des moyens limités. 

100 à 150 personnes en errance à Nouméa


Alors que la Nouvelle-Calédonie est en phase de confinement, la situation des sans-abris devient plus complexe. Seules 25 personnes ont pu être préservées dans deux centres d'accueil à Nouméa. L'un est réservé aux femmes, l'autre aux hommes. Reste tous ceux qui fréquentent habituellement les locaux de Macadam Partage, près de Doniambo. Sa capacité maximum d'accueil est de 70 places. Chaque année, 500 sans domicile fixe passent à un moment ou un autre dans ses murs. Avec le coronoavirus, l'établissement ne peut plus les recevoir dans des conditions optimales de sécurité sanitaire. Il continue cependant d'assurer sa mission de soutien et d'aide. 
La majorité des sans-abris s'installent place des cocotiers à Nouméa.
La majorité des sans-abris s'installent place des cocotiers à Nouméa. ©Christian Favennec
Sandrine, Sophia et Joseph préparent les caisses de livraison à Macadam Partage.
Sandrine, Sophia et Joseph préparent les caisses de livraison à Macadam Partage. ©C.F

Accompagnement sanitaire et livraisons de repas 


En attendant l'ouverture prochaine de 16 places d'hébergement à la Rapsa, un foyer de réinsertion destiné à d'anciens prisonniers, l'association s'organise au mieux pour venir en aide aux plus démunis. Elle établit des autorisations de sortie et livre 130 repas quotidiens préparés par la Casserolette et le collectif "Un sandwich pour autrui". Dans le véhicule rempli des denrées, Joseph Wanabo, encadrant technique d'insertion, et deux travailleuses sociale, Sandrine Vigouroux et Sophia Mafutuna. Direction la place des cocotiers où une trentaine de SDF sont venus récupérer un plat froid acompagné d'un dessert, une bouteille d'eau, et des produits hygiéniques. Les gestes barrières sont répétés. 
Les maraudes sont effectuées de 9h à 15h, voire au-delà.
Les maraudes sont effectuées de 9h à 15h, voire au-delà. ©C.Favennec

" On a du sec, de la boisson, du café et de la nourriture : des sandwichs et des barquettes. On distribue chaque jour 130 repas dans sept points différents de Nouméa. On se rend à la place des cocotiers, au quartier latin, au quai Jules Ferry, à l'église du voeu, sur les baies et l'Anse Vata, et à N'Géa. On essaye de tourner au maximum à des heures précises. On a a prévenu les personnes pour leur dire qu'on passerait régulièrement " Aurélien Lamboley, directeur du centre d'accueil Macadam Partage


Le bouche à oreille a bien fonctionné. Ils étaient dix mardi et sont trois fois plus aujourd'hui.
 

" Je suis venu avec mon autorisation de circuler librement à l'extérieur. Ce que je recherche c'est de l'eau, du savon, et de quoi m'alimenter. J'étais hier à l'auberge de jeunesse, ils ne pouvaient pas me recevoir. C'est complet dans les foyers pour des raisons de sécurité sanitaire que je comprends. Du coup, on fait comme on peu. Certains se regroupent en prenant leurs distances à un endroit, d'autres s'isolent dans un coin à eux pour dormir. Pour se laver, on est obligé d'aller à la Baie des Citrons ". Léa, sans-abri 

 
Sophia Mafutuna distribue les produits d'hygiène.
Sophia Mafutuna distribue les produits d'hygiène. ©C.F

N'ayant pas été approvisionné en masque et gel, Macadam Partage donne ce qu'elle peut pour protéger.
 

" Je note à qui on a donne. Je distribue les produits d'hygiène, le papier toilette, les gants, les brosses à dents. On n'a pas reçu les commandes pour les équipements de protection, mais nous, le personnel, on en porte " Sophia, travailleuse sociale. 


Un besoin d'aide entendu


Une fois les repas distribués, les produits donnés, un petit café est aussi offert. Joseph se charge de servir les tasses et de proposer du sucre. Entre deux services, il lance un appel :
 
Joseph Wanabo : "aidez ce public à avoir un toit"
Joseph Wanabo : "aidez ce public à avoir un toit" ©C.Favennec
 

" C'est un cri vers les autorités, vers tous ceux qui veulent aider et sont de bonne volonté : donnez un coup de main et contribuez à changer le regard sur ce public qui a besoin d'un toit " Joseph Wanabo, Macadam Partage


Une grande surface a déjà répondu en livrant une palette de 360 bouteilles d'eau ce jeudi. Les institutions elles accélèrent le mouvement pour l'ouverture de places d'accueil supplémentaires.

Le reportage télévisé (images : Christian Favennec, montage : Cédric Desbois) 
©nouvellecaledonie