Accident vasculaire cérébral : mieux connaître pour mieux prévenir

santé
AVC
©NCla1ère
En marge du marché alternatif de Païta, l’association AVC Tous concernés faisait ce samedi la démarche de sensibiliser les Calédoniens aux risques de l’AVC. Notre équipe a fait la rencontre d’un Calédonien, récemment victime d’un accident cardio vasculaire. 
A 66 ans, Hughes Mompelat est un habitué des marchés et des foires. Son quotidien a été bouleversé le 28 avril dernier. Hughes a été victime d’un accident vasculaire cérébral, la conséquence d’un tabagisme excessif et d’un taux de cholestérol plus élevé que la normale. 
Un AVC correspond à l'arrêt brutal de l'irrigation en sang d'une ou de plusieurs zones du cerveau. S’il a été pris en charge à temps, Hughes a désormais le côté gauche de son visage partiellement paralysé. 
« Là, ça fait peur. Moi qui suis quelqu’un qui ne se casse pas trop la tête, là… Depuis ça, quand je vois les gens dans une chaise roulante ou la manière dont ils mangent, je me dis que j’aurais pu être comme ça du jour au lendemain. Je ne sais pas si j’aurais pu supporter ça » raconte Hugues Mompelat. 
L’association AVC Tous concernés sillonnent les évènements publics pour sensibiliser le plus de monde possible aux différents symptômes. Les bénévoles présentent également les bons gestes à adopter. Contrôler régulièrement sa tension peut notamment s’avérer très efficace.
Tensiomètre
©NCla1ère
 

80 % des AVC pourraient être évités par la prévention

L’association créée en 2019 cible toutes les catégories d’âges. Si les cas les plus avérés d’AVC sont souvent répertoriés chez des personnes de plus de 40 ans, les jeunes sont également concernés. 
« C’est une maladie dont on parle peu. Le grand public n’a pas forcément conscience et connaissance que les risques liés aux AVC existent. » explique Laurent Garnier, responsable de l’association AVC Tous concernés. « Cet accident, il peut être évité. Donc là où la prévention joue une dimension très importante, c’est qu’on peut éviter pratiquement jusqu’à 80 % de ces accidents en ayant une réflexion sur l’alimentation, sur le stress, sur le tabac, sur l’hygiène alimentaire… »
En Nouvelle-Calédonie, les accidents vasculaires cérébraux représentent la première cause de décès chez les femmes et la troisième chez les hommes.
Le reportage de Lizzie Carboni et Carawiane Carawiane. 
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live