publicité

Alerte au tsunami déclenchée après une série de séismes au large de Maré, et levée à 18 h 20 [MISE A JOUR ]

Plusieurs secousses ont été enregistrées ce mercredi au large de Maré. L’alerte tsunami a été déclenchée sur l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie et ordonné l’évacuation des populations de la côte Est, de l’ile des Pins et des iles Loyauté. L'alerte a été levée à 18 h 20

© USGS
© USGS
  • Par Caroline Moureaux
  • Publié le , mis à jour le
Les autorités ont annoncé la levée de l'alerte tsunami à 18 h 20. Les observations et les relevés de terrain ont confirmé que l'intensité du tsunami était en forte diminution et qu'il ne présentait plus de risque majeur pour la population. 
Prudence tout de même, des  mouvements de la mer sont possibles pendant encore quelques heures. 
Le bilan provisoire ne fait état d'aucune victime ni de gros dégâts. 
A Lifou et Yaté, des variations anormales d'amplitudes du niveau de la mer de 50 cm ont été observées.
A l'ile des Pins et en particulier en baie d'Oro, on a noté des vagues de 2 mètres.
A Maré, le marégraphe situé au port de Tadine a mesuré une variation de près de 90 cm. 

Le reportage de Nadine Goapana, Christian Favennec et Philippe Kuntzmann
TREMBLEMENT DE TERRE ALERTE TSUNAMI

---------------

Une série de séismes

La première secousse a été enregistrée à 15 h 14. Un séisme de magnitude 6, à l’Est-Sud-Est de Maré.
Mais c’est la deuxième, quelques minutes plus tard, à 15 h 18, qui est ressentie plus vivement par de nombreux habitants des iles mais aussi de la partie sud de la Grande Terre. Elle se situe à 10 km de profondeur et à environ 160 km de Maré. Un séisme de magnitude 7,4 selon l'IRD, 7,5 selon l'USGS et 7,7 selon la sécurité civile. 
Découvrez des images de ce séisme à Nouméa : 

La sécurité civile qui déclenche donc à 15 h 29 les sirènes tsunamis sur l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie.
A Lifou, au point de refuge de Jozip où une vingtaine de personnes se sont retrouvées après l'alerte. © Martin Charmasson
© Martin Charmasson A Lifou, au point de refuge de Jozip où une vingtaine de personnes se sont retrouvées après l'alerte.
 

Evacuation des bandes côtières

Les populations des bandes côtières de la côte Est, de l'ile des Pins et des Loyauté doivent évacuer immédiatement vers les zones refuges, à 300 mètres du littoral et appliquer les consignes de sécurité.
Certains habitants des iles n’ont pas attendu cet ordre pour se diriger spontanément vers les hauteurs. 
A l’ile des Pins par exemple, les sirènes ont retenti et les autorités ont fait le tour de l’ile en klaxonnant pour prévenir la population qui a rejoint les deux zones refuges, à l’aérodrome de Moué et à la chapelle Notre Dame de la Salette au-dessus de l’église de Vao. 
Des habitants regroupés sur les hauteurs à Vao © DR
© DR Des habitants regroupés sur les hauteurs à Vao
Les habitants de Thio réfugiés sur les hauteurs, au stade. © DR
© DR Les habitants de Thio réfugiés sur les hauteurs, au stade.


Compte tenu du risque moindre pour la côte Ouest et en particulier Nouméa, l'évacuation n'est pas requise. Néanmoins, la population doit rester vigilante sur l'ensemble de la bande côtière en raison de possibles mouvements anormaux du niveau de la mer. 
Des mouvements anormaux, retrait de la mer, vagues particulières ont effectivement été observées, notamment à l’ile des Pins et au Vanuatu. 

Ou comme ici à Touaourou : 
A 18 h 25, on avait enregistré pas moins de treize secousses au large de Maré. L'une des dernières en date, encore de magnitude 6,6, s'est produite vers 17 h 43. Vous pouvez apporter vos témoignages sur la page www.seisme.nc
 

Clin d'oeil

Certains, comme l'humoriste Kingtäz, ont choisi de rire du séisme. A découvrir ci-dessous : 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play