Ancien curé de Nouméa, l’évêque Jean-Yves Riocreux démissionne de ses fonctions en Guadeloupe

religion
Ancien curé de Nouméa, l’évêque Jean-Yves Riocreux démissionne de ses fonctions en Guadeloupe
C'est le jeune archevêque de Fort-de-France, Mgr David Macaire (à gauche), qui administrera le diocèse de Guadeloupe, en attendant le remplacement de Monseigneur Riocreux (à droite).

Le pape François a accepté le départ à la retraite de Monseigneur Riocreux, jeudi 13 mai. L’évêque de Basse-Terre a atteint la limite d'âge de 75 ans, en février. 

Après presque un demi-siècle consacré à l’Eglise, dont une dizaine d’années en Calédonie, Monseigneur Jean-Yves Riocreux raccroche sa soutane, avec la bénédiction du Pape François.  
Comme le veut le canon 401 du code de droit canonique de 1983, les évêques atteints par la limite d'âge de 75 ans doivent renoncer à leur charge en le faisant savoir par écrit au Saint-Père. Ce dernier est ensuite libre d'y accéder dans le délai qu'il souhaite. Et c’est un jour particulier que le Pape François a choisi puisqu’il a pris acte de la « renonciation » de l’évêque jeudi 13 mai, jour de l’Ascension. 

Une carrière qui débute en Calédonie 

Jean-Yves Riocreux est une personnalité religieuse bien connue sur le Caillou. Né le 24 février 1946 dans la Loire, il fut ordonné prêtre le 22 juin 1974 pour le diocèse de Nouméa. Tout d'abord vicaire à l’église du Vœu en 1974 et 1975, il exerce également comme aumônier des collèges et lycées de Nouméa et chargé de la communication du diocèse de Nouméa entre 1974 et 1986. Puis il devient curé de la cathédrale Saint-Joseph de Nouméa entre 1979 et 1986, avant de rejoindre la Métropole.

Chapitre parisien 

Il est ensuite nommé à Paris où, de 1987 à 1990, il est vicaire des paroisses Saint-Pierre-de-Chaillot (16ème arrondissement de Paris) puis Saint-Christophe-de-Javel (15ème arrondissement). Entre 1990 et 2003, Jean-Yves Riocreux est aumônier des Océaniens de Paris de 1990 à 2003.
La devise de Jean-Yves Riocreux est restée la même depuis qu’il est devenu évêque en mai 2003 : «  Dunc in altum », qui signifie « avance au large » en latin. Une devise qu’il applique dès son arrivée en juillet 2012 en Guadeloupe, où il est nommé évêque de Basse-Terre par le pape Benoît. 


Ressouder le clergé guadeloupéen 


Son épiscopat est marqué par une volonté de ressouder le clergé guadeloupéen, mais aussi d’accueillir de nombreux prêtres originaires d’Haïti ou d’Afrique qui constituent aujourd’hui la majorité du presbyterium de l’archipel et des Îles du Nord.

En attendant son remplacement, c’est l’archevêque de Fort-de-France, Monseigneur David Macaire, qui administrera le diocèse de Guadeloupe.