Après les inondations, le lent retour à la normale dans le Southland néo-zélandais

océan pacifique
Inondations en Nouvelle-Zélande, automobilistes bloqués à Waikaka, 5 février 2020
Des automobilistes bloqués mercredi à Waikaka, au Nord de Gore. ©High country helicopters
D'importantes inondations ont contraint des milliers d'habitants de l’île du Sud à quitter leur foyer, et des centaines de touristes ont été bloqués. Depuis, l'eau est redescendue et une partie des routes ont rouvert. Mais ce matin, des centaines de résidents devaient encore patienter.
Le Southland se trouve en état d'urgence depuis mardi soir. Cette région qui couvre la partie la plus méridionale de l’île du Sud a reçu plus d’un mètre d'eau en soixante heures. La pluie diluvienne a provoqué des glissements de terrain sur des axes routiers importants et des cours d'eau sont sortis de leur lit. Des barrages ont été mis en place pour bloquer les crues.
 
Carte de Gore, Nouvelle-Zélande
©Google earth


La Mataura en crue

C’est mercredi, en début de journée, que les autorités ont appelé les habitants des zones de Gore et de Mataura, situées à basse altitude, à évacuer immédiatement. Ils ont été des milliers à le faire. La rivière Mataura débordait massivement. Et les personnes vivant en aval, dans la région de Wyndham, étaient incitées à faire leurs bagages pour se préparer à partir.
 
Inondations en Nouvelle-Zélande, Gore sous les eaux de la Mataura, 5 février 2020
Gore sous les eaux de la Mataura. ©High country helicopters
 

Six mille personnes concernées

Plusieurs résidents ont été prévenus par texto et se sont entraidés. «Nous avons émis des instructions d'évacuer ou de se préparer à évacuer concernant six mille personnes dans l'ensemble de la région», déclarait à l'AFP une porte-parole des services d'urgence du Southland.
 

Touristes coincés

Plus de 300 touristes ont également été déplacés, notamment par voie aérienne : ils s’étaient retrouvés coincés quand les inondations ont emporté la seule route qui mène à Milford sound, un fjord pittoresque très apprécié des étrangers. L'électricité a été coupée dans les zones affectées, par mesure de précaution, et des centres pour les évacués ont été installés dans des églises et des écoles. 
 
Inondations en Nouvelle-Zélande, champ inondé, 5 février 2020
Champ inondé à Waikaka. ©High country helicopters
 

Nettoyage

Ce jeudi matin, les flots ont en grande partie reflué. Le Southland n’est plus isolé, la circulation a pu reprendre sur une partie des routes coupées et un grand nombre d'habitants évacués sont rentrés chez eux. Pour beaucoup, l’heure est au nettoyage de leur foyer inondée.
 

Danger potentiel

Mais pas tous, plusieurs centaines de résidents de Mataura, au Sud de Gore, devront attendre cet après-midi pour savoir s’ils peuvent retourner à la maison. Les services de secours devaient d’abord évaluer les dégâts des inondations sur une ancienne papèterie susceptible de libérer des produits toxiques. 

Les explications de Bruno Sat:
©nouvellecaledonie
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live