Australie : Boeing va fabriquer des drones militaires au Queensland

sécurité
loyal wingman australie
©Boeing Australie
Peu après l’annonce d'une alliance de défense entre l’Australie, le Royaume-Uni et les Etats-Unis (et l’annulation de l’achat de sous-marins français), on apprend que Boeing va construire des drones militaires au Queensland. Une première pour l'avionneur américain et un renouveau pour l'Australie.

Ce sera le premier avion de combat conçu et fabriqué en Australie depuis un demi-siècle. Le Loyal Wingman, un drone militaire à réaction d'un nouveau genre, sera assemblé par Boeing sur le site de l’aéroport de Wellcamp, à Toowoomba dans le Queensland, comme l’a annoncé l’entreprise aéronautique. C’est aussi la première fois que l'avionneur américain va réaliser une implantation de ce type en dehors de l’Amérique du Nord.

Retombées économiques sociales et militaires

Les retombées économiques pour le Queensland atteindraient 1 milliard de dollars australiens (74,5 milliards de francs) sur dix ans. Annastacia Palaszczuk, première ministre de cet Etat du Nord-Est australien, ne cache pas sa joie devant les conséquences militaires et surtout sociales : « C'est une nouvelle fantastique, c'est 300 emplois [pour la construction] et c'est environ 70 emplois opérationnels…Ce Loyal Wingman va transformer la manière dont nous améliorons notre capacité de défense, ici même, dans le Queensland. »

C'est une nouvelle fantastique, c'est 300 emplois [pour la construction] et c'est environ 70 emplois opérationnels.

Annastacia Palaszczuk

 

Co-développement fructueux

Les premiers vols d'essai ont été effectués sur place il y a plusieurs mois. Car l'avion a été développé en collaboration avec le gouvernement de Canberra et avec la RAAF, la Royal Australian Air Force. Une coopération qui se poursuit, selon Scott Carpendale, vice-président de Boeing Defence Australia, qui en souligne l’importance et les perspectives : « Le soutien de la RAAF au programme Loyal Wingman a en quelque sorte relancé l'industrie aérospatiale ici en Australie. »

Le soutien de la RAAF au programme Loyal Wingman a en quelque sorte relancé l'industrie aérospatiale ici en Australie.

Scott Carpendale, vice-résident de Boeing Defence Australia


 
Un appareil exportable grâce à ses capacités

Le Loyal Wingman mesure 11,6 m. Son rayon d’action dépasse 3 700 km. Il sera armé et servira aussi de bouclier à d'autres avions de chasse plus chers et avec pilote. Scott Carpendale ne doute pas des commandes de l'armée australienne. Mais il compte aussi sur celles d'autres pays : « Nous suscitons un intérêt important à l'étranger. Je ne peux pas vous dire où, mais il y a un intérêt important de la part d'autres pays pour ses capacités (du Loyal Wingman). Il a toujours été conçu comme une plate-forme développée en Australie mais conçue en grande partie pour être exportable. »

 

Une annonce peu après celle de la nouvelle alliance 

L'annonce de cette implantation industrielle militaire intervient peu après celle de la résiliation du contrat d'achat de sous-marins français par Canberra (au profit des concurrents anglo-américains) et de celle de la création d'une nouvelle alliance tripartite de défense, batpisée AUKUS, entre l’Australie, le Royaume-Uni et les Etats-Unis.