publicité

L'Avenir en confiance veut faire de l'environnement "une grande cause territoriale"

Le mouvement de Sonia Backès a présenté les grandes lignes, avec au programme : plantation de forêt sèche et visite d’une ferme solaire à Ducos. L'Avenir en confiance assure vouloir faire de l’environnement « une grande causse territoriale qui fédère les populations ».
 

© Coralie Cochin
© Coralie Cochin
  • Coralie Cochin
  • Publié le
Premier sujet de ce volet environnemental : la forêt sèche, dont il ne reste que 2 % aujourd’hui. Pas de pression particulière sur les opérateurs miniers mais des efforts demandés à la nouvelle génération, comme l’explique Virginie Ruffenach, 3e sur la liste de l’Avenir en confiance.  
Sur la question de l’électricité, la liste souhaite imposer un volet « énergies renouvelables » pour la future centrale de Doniambo, en lançant un appel à projet spécifique. Elle promet également une politique volontariste pour développer la filière du photovoltaïque.
 

"Nous voulons arriver à 80% d'équipement des particuliers en photovoltaïque à l'aube 2022 et 100% des administrations. Il n'est pas normal qu'en Nouvelle-Calédonie où il y a tant de soleil, en plus du côté rentable de cette énergie, qu'il y ait si peu finalement de foyers équipés", souligne Virginie Ruffenach.  


Enfin, sur le dossier des déchets, l’Avenir en confiance réitère ses réserves à l’égard de la loi plastique, dont le premier volet entrera en vigueur en août, avec l’interdiction des pochons.  
Développer la recherche donc, mais aussi le recyclage, même si cette filière s’avère plus compliquée concernant le plastique, la matière première se dégradant facilement.

Le reportage d'Erik Dufour et Patrick Nicar 
AVENIR EN CONFIANCE ENVIRONNEMENT

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play