nouvelle calédonie
info locale

Avenir institutionnel : les discussions se poursuivent autour des valeurs

politique
avenir institutionnel
©NC1ere
Quelles sont les valeurs qui rassemblent et celles qui divisent la société calédonienne ?
C’est sur cette question presque philosophique que planche le groupe de travail sur l’Avenir institutionnel depuis le début de la semaine.
Une réunion plénière a réuni ce 4 mai  les élus de tout bord autour des experts de l’Etat, François garde, Régis Fraisse et Alain Christnacht. Des discussions qualifiées de constructives par ces derniers, qui observent à ce stade des travaux de réelles convergences et finalement peu de divergences. 
 
Pour lancer ce chantier des valeurs, les partis politiques ont répondu à un questionnaire de 21 interrogations, parfois très large : « Faut-il faire référence à l’histoire de la Nouvelle-Calédonie et à la place des différentes communautés ? » par exemple… parfois très précise : « Faut-il faire référence à l’adoption coutumière ? »
Un questionnement en quelque sorte sur ce que pourrait être le contrat social de l’après Accord de Nouméa qui a positivement surpris les experts.

Alain Christnacht, observe déjà un consensus sur trois principes…

Christnacht 1

Des valeurs océaniennes fondées sur une tradition chrétienne forte, mais pas seulement…

Alain Christnacht répond à Angélique Souche

Christnacht 2

Avenir institutionnel 2
Les participants réunis autour des experts de l’Etat, François garde, Régis Fraisse et Alain Christnacht. ©NC1ere

 

L’objectif est d’aboutir à la rédaction d’un document qui entérine noir sur blanc les convergences et éventuellement les divergences de valeurs qui animent les différentes composantes de la société calédonienne. Mais avec quelle finalité ? 

Toutes les options sont possibles selon Alain Christnacht…

Christnacht 3

 

Sur ce thème, comme sur les 3 autres qui seront traités d’ici le mois de juillet, il s’agit pour la mission de dégager le socle commun qui restera quelque soit l’issue du référendum et de rassurer des deux côtés : il n’y a ni page blanche, ni statu quo possible, mais un destin commun à construire. 
 
Le prochain groupe de travail sera consacré à la fin du mois de mai sur la recherche des convergences et des divergences en matière de relations internationales et de compétences régaliennes. 
 
Publicité