Une brigade de recherches à Koné

sécurité
Brigade de recherche
©Gendarmerie de Nouvelle-Calédonie
Les services de gendarmerie s’étoffent d’une nouvelle brigade de recherches qui sera opérationnelle vendredi. Elle sera implantée à Koné, dans les locaux de la compagnie, et sera compétente pour toute la province Nord.
L’installation de cette unité était nécessaire en raison de l’immensité du territoire et de l’évolution de la délinquance en province Nord. Si l’activité judiciaire y pèse seulement 15% sur l’ensemble du pays en zone gendarmerie, toutes les formes de délinquance y sont représentées, selon le général Marietti, commandant des forces de gendarmerie en Nouvelle-Calédonie. 
Les violences, notamment celles exercées à l’encontre des femmes dans le cercle familial, sont en augmentation constante depuis 2013. Tout comme les cambriolages, les vols de véhicules ou encore les homicides ou tentatives d’homicides qui étaient au nombre de 16, l’an dernier.
 

Lutter contre la moyenne délinquance 

Quatre militaires, officiers de police judiciaire, composent cette brigade qui aura pour vocation principale d’appuyer l’action des brigades territoriales de Koné et Poindimié dans la lutte contre la moyenne délinquance, notamment les vols de voiture et les cambriolages. 
Sous l’autorité du parquet ou d’un juge d’instruction, elle aura aussi pour mission de diriger les enquêtes relatives à ce type de délinquance et traiter des infractions telles que des séries de vols ou lorsque les investigations sont menées sur un territoire plus étendu que celui d’une compagnie de gendarmerie. 
Jusqu’à présent, les capacités judiciaires la Nouvelle-Calédonie étaient constituées de la brigade de recherches de Nouméa pour la province Sud et les Loyauté et de la section de recherches pour le reste de la Grande Terre. 
Cette nouvelle unité va coûter à l’Etat, chaque année, près de 46 millions de francs, sans compter pour cette année 19 millions de frais d’installation. 


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live