Canberra envisage des visas pour les fermiers blancs « persécutés » d’Afrique du Sud

monde
Canberra envisage des visas pour les fermiers blancs « persécutés » d’Afrique du Sud
Le ministre australien de l'Intérieur, Peter Dutton. ©Image: Keystone
L'Australie envisage de faciliter la délivrance de visas d'immigration pour les agriculteurs sud-africains blancs afin qu'ils puissent fuir leurs "conditions atroces" et gagner un "pays civilisé".
Le ministre de l'Intérieur, Peter Dutton, chargé des questions d'immigration, a déclaré que ces agriculteurs méritaient une "attention spéciale", ajoutant qu'il étudiait les possibilité de les accueillir sur des visas humanitaires ou de réfugiés. "Si on regarde les images, si on entend les histoires et si on lit les récits, ils font face à des conditions atroces", a-t-il dit mercredi soir au Daily Telegraph. "J'ai demandé à mon ministère d'examiner les options et la façon dont nous pourrions fournir de l'aide car je crois vraiment, sur la base des informations que j'ai eues, que les gens ont besoin d'aide, et ils ont besoin d'aide de la part d'un pays civilisé comme le nôtre".
                
Il y a à peine quelques mois, des demandeurs d'asile et des réfugiés détenus dans un camp australien offshore avaient obtenu 70 millions de dollars australiens (44,5 millions d'euros) de dédommagements pour détention illégale et mauvais traitements à la suite d'un recours collectif. L'Australie essuie les foudres d'organisations de défense des droits de l'homme, de même que de l'ONU, pour sa politique extrêmement dure vis-à-vis des demandeurs d'asile.
                 
Sa marine repousse systématiquement les bateaux de clandestins. Ceux qui parviennent à gagner ses côtes malgré tout sont placés dans des camps de rétention hors de l'Australie, comme à Manus, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, ou sur Nauru, petite île du Pacifique. M. Dutton a ajouté que les fermiers blancs d'Afrique du Sud travaillaient dur. "Je crois que ces gens méritent une attention spéciale et nous la leur accordons maintenant".
                
Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, arrivé au pouvoir en février, s'est engagé à "accélérer" la réforme agraire destinée à redistribuer des terres de la minorité blanche au profit de la majorité noire afin de "corriger les injustices" du passé.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live