Cartographie calédonienne : une invitation aux voyages dans le temps et dans l'espace

livres
61d2ae521797d_264178445-667794284233391-7415225417052423296-n.jpg
Deux siècles de cartographie calédonienne, livre d'Alain Le Breüs et Pascal Rota. ©Charlotte Mannevy - NC la 1ère
Plonger dans "Deux siècles de cartographie calédonienne". C’est ce que propose l’ouvrage que publient Alain Le Breüs et Pascal Rota, en collaboration avec le Musée maritime. Un livre qui retrace l’histoire de cette discipline sur le Caillou.

Depuis James Cook, lorsque l’on traçait les cartes sans descendre de bateau, jusqu’à l’utilisation moderne des satellites, en passant par les expéditions pédestres de la mission topographique… la cartographie a considérablement évolué au fil des deux cents dernières années.

61d2b29082850_268794175-497520108358894-471953812954405771-n.jpg
Illustration issue du livre Deux siècles de cartographie calédonienne, d'Alain Le Breüs. ©Charlotte Mannevy / NC la 1ère

Une mine d’informations en deux dimensions

Cette aventure de la topographie du Caillou, Alain Le Breüs a voulu la raconter dans Deux siècles de cartographie calédonienne. Géomètre de métier, ce passionné s’est plongé dans l’histoire de cette science en constante évolution, indispensable pour se déplacer sans se perdre. Il réussit l’exploit de coucher des milliers d’informations dans une représentation du monde en deux dimensions.

Depuis le large

Tout juste visitée, la Calédonie est cartographiée dès 1774 par les navigateurs européens. Sans forcément poser pied à terre. On appelait cela le "levé sous voile", des observations faites depuis le bateau.

61d2b2e2534ba_263401748-640783637372367-2133890561329676981-n.jpg
Illustration issue du livre Deux siècles de cartographie calédonienne d'Alain Le Breüs. ©Charlotte Mannevy / NC la 1ère

Gravir des montagnes

Grâce à Beautemps-Beaupré, compagnon de voyage d’Entrecateaux puis de ses disciples, les contours de l’île prennent forme sur le papier. Des disciples prêts à gravir des montagnes au nom de la science. Littéralement ! Léon Chambeyron monte au sommet du Humbold pour faire le lien entre les différentes observations. 

On faisait les levés du lagon côté est et côté ouest. Mais à un moment donné, il fallait raccrocher ces levés entre eux.

Alain Le Breüs

Explorer les terres

Une fois la mer et ses récifs cartographiés, les navires peuvent accoster. Les topographes peuvent alors s’attaquer à l’exploration de l’intérieur des terres. Des travaux menés à partir de 1888 et dont les cartes serviront à représenter la colonie rêvée. Au point de tromper les Américains à leur arrivée en 1942, certains qu’une voie ferrée reliait Nouméa et Bourail en 1942.

61d2aefe00043_265634256-607943577174877-1489165740782049323-n.jpg
Alain Le Breüs, auteur de Deux siècles de cartographie calédonienne ©Charlotte Mannevy / NC la 1ère

Encore de l’avenir

Pendant la seconde guerre mondiale, les Américains apporteront leurs techniques, l’IGN prendra le relais dans les années 50, les avions puis les satellites ont pris le flambeau des bateaux à voile et des grands explorateurs… Mais Alain Le Breüs l’assure, la topographie, en constante évolution, a de l’avenir. Il prépare d’ailleurs déjà son prochain livre…

Le reportage d'Antoine Le Tenneur et Christian Favennec 

©nouvellecaledonie