Ce que le Medef attend du prochain gouvernement

économie
Conférence de presse Medef avant nouveau gouvernement (25 août 2017)
Le mouvement patronal ce matin en conférence de presse. ©NC 1ère / Caroline Moureaux
«Quand l’économie va mal, c’est tout le pays qui va mal». Le Medef veut mettre les choses à plat avant la mise en place d’un nouveau gouvernement en Nouvelle-Calédonie. L’organisation patronale attend beaucoup du prochain exécutif. Elle l’a fait savoir ce matin.
C’est le soutien de tous les politiques et de toutes les institutions que réclame le Medef-NC. Mais en premier lieu, celui du gouvernement. En conférence de presse ce matin, plusieurs dossiers majeurs ont été soulevés.
 

Incertitude 

Tout d’abord, l’avenir institutionnel. L’incertitude pèse sur les investisseurs, les chefs d’entreprise ont besoin de lisibilité sur l’avenir, estime le Mouvement des entreprises de France - Nouvelle-Calédonie. L’organisation attend aussi un soutien actif du gouvernement à l’économie par le biais de l’investissement public. Ecoutez Daniel Ochida, co-président du Medef.

Ruamm et Cafat

Autre dossier prioritaire, le Ruamm, en détresse selon le Medef. Le financement de la Cafat est à bout de souffle, et il faut de vraies réformes pour réduire les coûts, notamment des hôpitaux qui coûtent très chers. Eric Durand, co-président du Medef.

Attente des réformes sociales

Le Medef qui met aussi le gouvernement en garde contre la tentation d’aller puiser dans le régime retraite, le seul régime de la Cafat actuellement bénéficiaire. Concernant les relations sociales, l’organisation patronale attend la mise en place de trois réformes prévues, explique Dominique Lefeivre, autre co-président du Medef. 
Le mouvement patronal insiste aussi sur le nécessaire soutien à la formation professionnelle des salariés, et sur le développement des contrats en alternance.