Changement climatique, bonnes pratiques, travail collectif : Alexandre Loiseau, membre de la filière éco-construction, invité de la matinale

invités de la rédac
Alexandre Loiseau, membre de la filière écoconstruction calédonienne et membre du projet BDCal, le 22 février 2022
Alexandre Loiseau, membre de la filière écoconstruction calédonienne. ©Nouvelle-Calédonie la 1ère
Alexandre Loiseau, membre de la filière éco-construction en Nouvelle-Calédonie et intervenant du projet BDCal, était l’invité de la matinale, le mardi 22 février. A quelques heures d’ateliers de travail collectifs et collaboratifs, pour établir les axes d’amélioration en matière d’éco-construction, le professionnel s’est arrêté sur cette filière, ses fondements, ses objectifs et ses défis.

Ce mardi 22 février dans l’après-midi, plusieurs dizaines de professionnels calédoniens de la construction devaient se retrouver. Au cœur de leur session de travail : l’amélioration des pratiques pour des constructions plus écologiques et plus durables. Alexandre Loiseau est l’un d’eux. Voilà quelques éléments à retenir de cet entretien.

Pourquoi éco-construire ?

Si la réflexion sur la manière de construire n’est pas tout à fait récente, il semble aujourd’hui urgent, pour les professionnels conscients de l’impact de leur secteur, de réfléchir à des trajectoires d’amélioration. "Aujourd’hui c’est compliqué de nier qu’il y a un changement climatique. Il arrive, il n’en est qu’au début… Le milieu du bâtiment, c’est le temps long… Une école qu’on va construire l’année prochaine sera encore utilisée dans 50 ans, dans 100 ans." Charge au secteur du bâtiment d’intégrer les changements et "la résilience des projets" pour éviter de créer des dépendances à des ressources dont nous ne disposerons peut-être plus dans quelques décennies.

Identifier les meilleures pratiques

Pas de volonté contraignante, dans la démarche de la filière mais bien de valoriser les meilleures pratiques. Pour la mise en œuvre d’un label participatif 100 % calédonien, baptisé BDCal. Une déclinaison de labels régionaux métropolitains qui valorisent les matériaux innovants ainsi que les projets et la manière de construire. Cette reconnaissance est conçue sur le Caillou pour correspondre aux besoins et aux contraintes locales. "On essaie de mettre l’accent sur l’eau, l’énergie, les matériaux, la manière de gérer son projet, l’intégration dans son environnement…" 

Apprendre des anciens

Si l’on parle bien de projets, de matériaux et de produits innovants, l’éco-construction veut aussi s’inspirer des pratiques anciennes qui ont fait leurs preuves. "La démarche est d’essayer de faire les bâtiments de demain en repensant un peu plus comme faisaient nos vieux. Que ce soit les cases ou les maisons coloniales, elles tiennent encore debout. Elles sont confortables, il n’y a pas de clim… Ils passaient peut-être un peu plus de temps à réfléchir avant de construire et le résultat était là…"

 

Un entretien à retrouver dans son intégralité ici.