Confinement : la nouvelle igname célébrée autrement

vie locale
La nouvelle igname en marmite
©MP
Toutes les cérémonies coutumières sont bouleversées par le confinement imposé par la crise sanitaire. Les célébrations de la nouvelle igname ont dû se dérouler autrement : chacun dans son foyer pour éviter des rassemblements.
Pas de rassemblement du clan pendant le confinement : les différentes familles qui le composent ne peuvent apporter leurs ignames et les partager ensemble autour d'une cérémonie coutumière.  A l’exemple, de Jean-Claude Tutugoro, et ses proches à la vallée de Nimbaye à Ponérihouen.
 

Ponérihouen : Jean-Claude Tutugoro


Dans d’autres tribus, les chefs de clan ont donné des consignes, pour cet événement majeur dans la vie sociale kanak. A Ometteux, Poindimié, la famille Goroboredjo a apprécié la nouvelle igname, dimanche de la semaine dernière, lors de la fête des Rameaux.
Nolwen et Jean François Goroborédjo répondent à Marguerite Poigoune

Poindimié : la nouvelle igname


Des familles s’organisent autrement pour faire profiter le clan. Exemple à la tribu de Pambou à Poindimié où le partage d'un repas à base d'igname a été maintenu tout en respectant les règles du confinement.

Aymerick Pourouda


La  cérémonie des prémices de l’igname, est le moment où les hommes procèdent à des rituels, prononcent des paroles de sagesse. Une occasion d'appliquer les valeurs culturelles et symboliques autour de l’igname tout en réaffirmant les liens familiaux du clan.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live