Confinement : l'Usoenc demande plus de protection pour ceux qui travaillent

coronavirus
poaniewa
Milo Poaniewa, secrétaire général de l'Usoenc (image d'archives). ©NC la 1ere
En cette période de crise sanitaire, l'Usoenc demande davantage de dialogue social, au sein de chaque entreprise et établissement public. «Les agents de la fonction publique ont à cœur d’assurer la continuité du service public», écrit le syndicat dans un communiqué signé de son secrétaire général.
 

Sécurité

«Ils veulent pouvoir le faire dans des conditions de sécurité optimales, à la fois pour eux-mêmes et pour les usagers. Même situation pour les salariés du privé dont les garanties sanitaires doivent être obligatoirement apportées par chaque employeur avant de maintenir son activité ouverte.»
 

Conclure des accords collectifs

Sinon, estime Milo Poaniewa, «priorité au confinement pour tous». Selon l’Usoenc, «il n’est pas envisageable de déroger aux règles du temps de travail et de prise de jours de congé par simple décision unilatérale de l’employeur», mais seulement par la conclusion d'un accord collectif.
 

Maintien des salaires, report des crédits et prime de risque

«C’est en protégeant les salariés et les agents de la fonction publique et en imaginant par le dialogue les meilleures réponses à cette situation exceptionnelle que nous ferons face à la crise sanitaire», argumente la centrale. Elle demande :
• le maintien de tous les salaires de mars et avril à 100 %, en attendant la mise en place des aides par le gouvernement et les provinces ;
• le report des crédits et charges ;
• une prime de risque pour toutes les personnes «obligatoires» qui
travaillent et ne peuvent rester confinées.