nouvelle calédonie
info locale

Cours d'aïkido avec Léo Tamaki

sportncla1ère
Stage avec Léo Tamaki, maître d'aïkido, décembre 2018
Léo Tamaki en plein stage au dojo Zanshin. ©NC la 1ere / Cédric Michaut
Evénement, dans le petit monde de l’aïkido calédonien. Plusieurs dizaines de pratiquants sont sortis cette semaine de la routine du dojo pour profiter des conseils d’un expert international, Léo Tamaki.
Pas si fréquent, en Calédonie, de pratiquer un art martial sous la houlette d’un expert connu et reconnu. Léo Tamaki, sensei de l’école Kishinkai Aïkido, est de retour sur le Caillou en tant que maître de stage. Au dojo Zanshin de Nouméa, sans fard ni fioriture, il passe en revue les fondamentaux de la discipline. Dévoilant au fil de ses démonstrations toute la richesse de cet art martial ancestral.
 
Stage avec Léo Tamaki, maître d'aïkido, décembre 2018
©NC la 1ere / Cédric Michaut
 

«Apprendre de nouvelles stratégies»

«L’idée de l’aïkido, c’est d’apprendre de nouvelles stratégies, décrit Léo Tamaki. Comment interagir, avoir une situation gagnant gagnant, éviter le blocage et les situations figées. Donc comprendre ce qui arrive pour ne pas subir, et ainsi retourner la situation… Et ça s’applique à beaucoup d’autres domaines que tordre un bras ! »
 

Travail sur les intentions de l'adversaire 

L’objectif ultime est bien sûr de transposer ces valeurs dans la vie réelle. Ici, on travaille avec bienveillance sur les intentions de son adversaire. Et pas question de sombrer dans la facilité de la force musculaire. «On est vraiment au cœur des principes de l’aïkido et Léo Tamaki sait vraiment le démontrer et l’enseigner», apprécie Serge Maldonade, qui pratique également le iaido. «Donc pour moi, on est vraiment à la source de l’aïkido tel qu’il a été enseigné au démarrage de la discipline.» 
 
Stage avec Léo Tamaki, maître d'aïkido, décembre 2018
©NC la 1ere / Cédric Michaut
 

Des pratiquants débutants et confirmés

Catherine Thomas, elle, débute. «Personnellement, ça m’apporte beaucoup de sérénité, de paix intérieure. Ça m’apprend aussi à gérer mes émotions.» Dominique Roberjot est pour sa part une pratiquante confirmée. «Léo apporte beaucoup de simplicité dans l’aïkido, de martialité, de souplesse, de rigueur et ça vient conforter, renforcer, notre pratique.»
 
Un reportage de Loreleï Aubry et Cédric Michaut. 
©nouvellecaledonie
Publicité