Covid-19 : y aura-t-il une septaine au CHT, pour faciliter l'embauche de personnel médical ?

coronavirus
Médipôle couloir
©NCla1ère
La question a été posée, ce 27 juillet, en réunion de collégialité du gouvernement. Une mesure destinée à faciliter l’embauche de personnel médical, alors que l’hôpital manque de plus en plus de médecins.

Stopper l’hémorragie du personnel soignant, c’est bien là l’objectif d'une éventuelle septaine au CHT. Cette idée a été soulevée récemment. En juin, des praticiens de l'hôpital avaient déjà tiré la sonnette d’alarme et fait circuler une pétition. Les restrictions sanitaires, disent-ils, sont "un frein à de nouveaux recrutements" et potentiellement, un motif de départ pour quitter la Calédonie, pour près d’un médecin sur cinq.

Les précisions de Yannick Slamet, porte-parole du gouvernement.

Yannick Slamet


Face à la saturation des hôtels réquisitionnés pour les quatorzaines (600 personnes maximum) ou encore les dispositifs payants, l’hôpital propose donc de créer une septaine, au sein même du Médipôle. Un modèle inspiré de l’usine du Nord, qui utilise déjà sa base-vie, pour confiner ses travailleurs arrivant de l’étranger.

A qui cette septaine s’adresse-t-elle ?

A ce stade, c’est surtout de personnel médical dont l'hôpital a besoin. Mais dans un mail interne envoyé à l’encadrement - un mail que NC La 1ère a pu se procurer- la commission médicale d’établissement précise, que "tout agent vacciné des hôpitaux publics ayant des droits à congés" pourra bénéficier de la septaine au CHT, sous réserve de "l'accord de son chef de service ou du cadre."

Autrement dit, cela concerne aussi bien le personnel soignant que les agents administratifs. Ils pourront faire cette demande de septaine "durant les 6 prochains mois" pour eux et pour leur "famille vivant en Calédonie", mais aussi pour "pour une ou deux personnes de (leur) famille au premier degré."
 

Quelle organisation pour la septaine au CHT ?

Du côté du CHT, tout a déjà été anticipé. 28 chambres du troisième étage seraient mises à disposition pour cette septaine, avec des lits que l’hôpital a en réserve. Par effet domino, le centre de prélèvement Covid et la médecine du travail, qui occupaient cet espace, devraient déménager. Une réunion devrait être organisée prochainement pour fixer les modalités de cette septaine, qui doit pouvoir bénéficier à l'ensemble de la communauté hospitalière des trois établissements.

Tout cela reste pour le moment au conditionnel, puisque cette proposition de l’hôpital doit encore obtenir le feu vert du gouvernement. Le sujet a été abordé ce mardi 27 juillet, en collégialité. Il est question de rendre un avis formel d'ici une à deux semaines, a évoqué Yannick Slamet, porte-parole de l'exécutif et membre en charge de la santé. "Ca demande une étude un peu plus approfondie sur le système à mettre en place" explique-t-il.

Reste que ce régime d’exception risque d’ouvrir une brèche dans le dispositif sanitaire. D’autres professions pouvant se déclarer tout aussi légitimes à bénéficier de cette mesure. Raison également pour laquelle le gouvernement ne s'est pas prononcé formellement ce mardi matin, afin d'éviter "un sentiment d'injustice."