Vers la création du MNSK : mouvement nationaliste pour la souveraineté de Kanaky

référendum nc 2020
Le comité exécutif provisoire du MNSK
Le comité exécutif provisoire du MNSK
Ce samedi, à la maison des syndicats de la vallée du Tir, le parti travailliste et le MNIS se sont réunis pour définir les fondamentaux d'une nouvelle structure politique dénommée le MNSK : le mouvement nationaliste pour la souveraineté de Kanaky. Le congrès constitutif sera le 19 septembre prochain
C'est un travail de réflexion qui a débuté le 19 octobre 2019 et qui s'est poursuivi au sein des deux partis politiques : Parti Travailliste et le MNIS. Cette nouvelle structure reste ouverte aux autres mouvements nationalistes. Elle a pour ambition de prendre en charge l'ensemble des aspirations nationalistes qui ne se retrouvent plus dans le discours du FLNKS.
 

"Le but n'est pas de faire opposition au FLNKS mais d'être une force de proposition."

Luther Voudjo, porte-parole et membre du comité exécutif provisoire


Le MNSK se veut une alternative au FLNKS à deux mois du référendum. Pour ces partisans de Kanaky, la voix des nationalistes doit être entendue et prise en compte après une politique qualifiée d’échec depuis la signature des accords de Matignon et de Nouméa.

Louis Kotra Ureguei répond à Sheïma Riahi et Carawiane Carawiane
©nouvellecaledonie
 
Séminaire fondateur des nationalistes
©ncla1ere
Trois points à l'ordre du jour de ce séminaire :
  • dresser un bilan du travail des indépendantistes sur 30 ans, celui du FLNKS;
  • définir les fondamentaux du nationalisme local;
  • élaborer les éléments de structuration de ce nouveau mouvement.
 

Le congrès constitutif du 19 septembre prochain 

Un comité exécutif provisoire a été nommé au cours de ce séminaire. Ce comité provisoire a pour vocation de préparer le congrès constitutif qui se tiendra le 19 septembre prochain. Une ouverture à l’église protestante de Kanaky Nouvelle Calédonie, à l’USTKE et au Conseil National des Peuples Autochtones de Nouvelle-Calédonie. Le comité aura également la charge de préparer la campagne référendaire du "OUI nationaliste".
 

"Il faut que ce pays puisse s'émanciper dans un véritable progrès social."

Luther Voudjo, porte-parole et membre du comité exécutif provisoire

MNSK : le comité exécutif provisoire
©ncla1ere


Un OUI nationaliste "distinct"

Le but du MNSK est d'exister après le référendum afin de ne plus laisser, le FLNKS, comme seul interlocuteur de la volonté indépendantiste et nationaliste. Selon les membres du MNSK, le FLNKS n'a pas su atteindre les objectifs fixés lors de la création du mouvement indépendantiste, dont les fondamentaux sont, aujourd'hui, prônés par cette nouvelle force "alternative", à savoir : 
  • le progrès social,
  • la défense des droits du peuple Kanak et leur reconnaissance,
  • la mise en oeuvre d'un projet pays d'ouverture, avec le rappel aux victimes de l'Histoire, de Nainville-Les-Roches de 1983.

"On le voit dans les campagnes, le ton est devenu moins modéré, un peu plus haineux et si on a fait 30 ans pour tout çà, c'est qu'il manque de véritables solutions.
Et donc, le OUI nationaliste, c'est de dire que l'on peut sortir du bipolarisme et puis avancer ensemble vers une souveraineté partagée"

Luther Voudjo, porte-parole du MNSK

 
Luther Voudjo répond à Sheïma Riahi et Carawiane Carawiane
©nouvellecaledonie
 
Reportage Sheïma Riahi et Carawiane Carawiane
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live