Des passagers en quarantaine demandent le respect de leur régime alimentaire spécial

coronavirus
Mosaïque pour les régimes alimentaires en quatorzaine
Capture d'écran sur le site du gouvernement calédonien, repas de quatorzaine et aéroport. ©Gouvernement NC et NC la 1ere

Des passagers en quarantaine obligatoire depuis le 21 mai en Nouvelle-Calédonie n’ont pas eu de repas adapté comme cela semblait possible d'après les informations fournies avant ce confinement. Des spécificités de régime alimentaire qui ont de l’importance, témoigne l'une d'entre eux.

L'intolérance au gluten de *Marie s'est rappelée à son souvenir durant sa quatorzaine hôtelière. La Calédonienne de retour au pays pour motifs impérieux avait pourtant spécifié son problème de santé dans les formulaires qu’on lui a remis - deux avant le vol et un à l’atterrissage, précise-t-elle.

Quand on a l’autorisation du gouvernement, il nous envoie un formulaire à remplir, où on doit notamment spécifier si on a des problèmes médicaux, si on suit un traitement, si on a une maladie chronique, si on a des régimes spéciaux. Il y a végétarien, vegan, sans gluten, sans lactose...

*Marie


Désillusion une fois à l'hôtel

Mais arrivée à l’hôtel, *Marie apprend, avec les autres passagers, qu’ils n’auront pas de repas correspondant aux régimes alimentaires spécifiques. Du moins, durant le long week-end. Elle n’a pas d’autre choix que de manger ce qu’on lui apporte. Les conséquences ne se font pas attendre.

J’ai commencé à avoir des symptômes digestifs, que je connais, et des symptômes ORL qui se déclenchent après plusieurs jours d’ingestion de gluten : rhinites, sinusite, mal de tête et mal à la gorge. J’en ai parlé aux médecins et ils ont fait un test PCR, du coup.

* Marie


Dépannée par une amie

Son test anti-Covid-19 s’avère négatif, et une amie ravitaille *Marie de quelques produits frais, pour la dépanner. La pensionnaire de quatorze jours regrette aussi un manque d’information sur les plats préparés. Quand NC la 1ere a recueilli ce témoignage, ses repas n’avaient toujours pas été adaptés. Le gouvernement, que nous avons contacté, affirme n’avoir jamais eu connaissance de cette situation.

*Marie est un nom d’emprunt, la personne a souhaité garder l’anonymat