Enfant atteint de Covid-19 ou contact à risque : sept choses à savoir sur les nouvelles consignes en crèche et garderie

coronavirus
Crèches
Dans une crèche, image d'illustration. ©Martine Nollet / NC la 1ère
Avis aux garderies en tout genre et aux parents qui y mettent leur enfant ! Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie ajuste le protocole à suivre en cas de détection d'un cas de Covid.

De quoi soulager les parents. Si un cas de Covid-19 est détecté dans une crèche ou une garderie, les bambins qui s’avèrent des personnes contacts à risque n’auront plus besoin de faire un test systématique. La direction des Affaires sanitaires et sociales vient de réviser les consignes qui s’appliquent aux enfants jusqu’à douze ans accueillis dans les établissements collectifs d’accueil. Une adaptation liée au contexte sanitaire actuel, à savoir une phase trois avec prédominance du variant omicron.

1Les structures concernées

Ce protocole concerne les enfants pris en charge dans une crèche collective, une micro-crèche, une halte-garderie, un jardin d’enfant, une crèche d’entreprise, une structure multi-accueil, etc.

2Les symptômes à repérer

Chez l’enfant, on considère comme symptôme de Covid-19 la rhinite, la toux, l'encombrement bronchique, la pharyngite, la fièvre, les courbatures, et pour les tout-petits de moins d'un an, la diarrhée.

3Pour les petits jusqu’à trois ans

  • Si un des enfants présente des symptômes évocateurs de Covid-19, il doit arrêter de venir dès le premier signe, et pendant sept jours. Sa famille doit contacter le médecin traitant. Il ne pourra revenir dans la structure qu'au bout de quarante-huit heures sans symptôme et sous réserve d'un test négatif.
  • Jusqu'à trois ans, les enfants contacts à risque d'un petit camarade qui montre des symptômes de Covid n'ont pas à faire de test. Ils peuvent rester sous surveillance et les parents doivent contacter le médecin traitant si des symptômes apparaissent.

4Pour les trois-douze ans

  • Si un des enfants présente des symptômes évocateurs de Covid-19, éviction de la structure, pour sept jours, dès le premier signe ou le test positif s’il y a lieu. Il est bien sûr demandé de consulter le médecin traitant. Le retour ne sera possible qu'au bout de quarante-huit heures en l’absence de symptôme sous réserve d’un test négatif.
  • Les enfants de trois à douze ans contacts n'ont pas à faire de test non plus, ou alors un auto-test. Ils restent sous surveillance et en cas d'apparition de symptômes, direction le docteur.

5Certains enfants sont jugés plus vulnérables

Attention, les consignes sont différentes pour les trois-douze ans considérés comme fragiles. C'est-à-dire celles et ceux qui risquent de développer une forme grave de Covid.

Selon la Haute autorité de santé, il s'agit d'enfants qui souffrent d’une des pathologies suivantes : obésité ; diabète ; cardiopathie congénitale non corrigée ; asthme avec traitement par corticoïdes par voie générale ou ayant nécessité une hospitalisation : maladie hépatique chronique ou maladie cardiaque et respiratoire chronique. 

Mais aussi un cancer en cours de traitement ; une maladie rénale chronique ; un handicap neuromusculaire sévère ; une maladie neurologique ; une immunodéficience primitive ou secondaire (infection au VIH ou induite par médicaments) ; une hémopathie maligne ; une drépanocytose ; une trisomie 21...

6Pour ces enfants fragiles

  • Si l'un d'eux a un symptôme Covid, il doit être retiré de sa structure d'accueil à compter du premier signe, ou du test positif. Il faut se tourner vers son médecin traitant.Le retour pourra se faire au bout de quarante-huit heures en l’absence de symptôme sous réserve d’un test négatif.
  • Si un enfant ayant jusqu'à douze ans et jugé vulnérable se retrouve personne contact, il faut faire immédiatement pratiquer un test antigénique par un professionnel de santé. Puis si possible un autre, au bout de deux jours. Il est demandé de prévenir le médecin traitant. L'enfant doit être surveillé, et le docteur contacté si des symptômes apparaissent.

7Les autorités conseillent la vaccination

Deux autres conseils des autorités sanitaires : une attention particulière doit être apportée aux enfants qui vivent sous le même toit qu’une personne immunodéprimée, afin de protéger celle-ci. Et la vaccination est fortement recommandée aux enfants présentant un risque de développer une forme grave de la maladie.

Rappelons que la vaccination est ouverte aux cinq-onze ans depuis le 10 janvier. Elle se fait

  • au centre Cafat du Receiving, sur rendez-vous via le site www.allomedecin.nc, du lundi au vendredi, de 14 heures à 15h30 ;
  • ou au CSF de Montravel, le mercredi et le vendredi, de 13 heures à 15h30, sur rendez-vous au 20 53 00.

Un des deux parents ou le tuteur légal doit être présent, avec les pièces d’identité des parents et des enfants (ainsi que le livret de famille si les noms de famille sont différents). Autre changement : désormais, l'accord écrit d’un des deux parents est suffisant (il est téléchargeable ici).

Retrouvez, ci-dessous, le reportage de Natacha Lassauce-Cognard et Carawiane Carawiane : 

©nouvellecaledonie