publicité

FOOTU17: le Vanuatu en exemple

Alors que l'on se rapproche des grands débuts cagous en Coupe du Monde, il n'est pas inutile de se souvenir du parcours de nos voisins au dernier Mondial des moins de 20 ans. Le Vanuatu avait tenu tête à de grandes nations, avec des moyens limités.

David Baltase montre aux Cagous les vidéos des Vanuatais au Mondial U20. © Martin Charmasson
© Martin Charmasson David Baltase montre aux Cagous les vidéos des Vanuatais au Mondial U20.
  • Par Martin Charmasson
  • Publié le

Le Mexique accroché ...


Qui donnait cher de la peau des Vanuatais en Corée du Sud, il y a quelques mois ? Qui aurait pensé qu'ils pourraient donner du fil à retordre aux moins de 20 ans du Mexique, futurs quart-de-finalistes de l'édition 2017 ? Rivaliser avec un pays vainqueur à deux reprises d'un Mondial chez les moins de 17 ans, en 2005 et 2011, et finalistes 2013, paraissait impensable. Et pourtant. Le Vanuatu est passé à un cheveu d'un exploit retentissant pour sa première apparition à une Coupe du Monde. Edson Alvarez l'a privé d'un match nul 2 partout qui lui tendait les bras, en inscrivant le but salvateur mexicain à la 94e minute. 
Vanuatu - Mexique, au Mondial U20

 

... l'Allemagne rattrapée !


Nos voisins du Pacifique s'étaient arrachés sur le terrain. Menés 3-0 par l'Allemagne, dans leur dernier match de la poule B, ils avaient aussi fait transpirer leurs adversaires. Deux minutes après le troisième but encaissé, les joueurs de Dejan Gluscevic avaient répondu en réduisant le score par Kalo. La star vanuataise s'était offert le doublé vingt-cinq minutes plus tard pour ramener les siens à 3-2.  Une autre confrontation accrochée et séduisante, face à un cador européen, réputé dans le monde entier pour sa formation.
Il y avait de quoi se montrer fier de ce parcours, malgré la lourde défaite 7-0 subie face à un Vénézuela, seulement arrêté en finale (0-1) par l'Angleterre.
Vanuatu - Allemagne, au Mondial U20.

 

Vanuatu/Calédonie, mêmes possibilités ?


L'actuel adjoint de la sélection cagoue, David Baltase, était dans le staff technique vanuatais en Corée du Sud. Il a suivi de près leur aventure. "On avait passé quatre mois non-stop avec les joueurs. Pendant quatre mois, nous les avions tous les jours avec nous en stage fermé, 24 heures sur 24, précise t'il. La préparation n'a pas été aussi exclusive avec les Calédoniens, mais ces derniers préparent leur Mondial depuis le mois d'avril. De trois séances hebdomadaires, le rythme est passé à cinq séances. Il y a eu ces deux stages en Nouvelle-Zélande puis en Australie, pour renforcer le vécu et les automatismes. Les joueurs ont pu se mesurer, régulièrement, à des adversaires plus âgés évoluant en Super Ligue, avec des résultats convaincants (2-1 contre Lössi, 3-2 face à Wetr en septembre).

"Au niveau du travail, je vois peut-être plus de solidité chez les Calédoniens.
Avec le Vanuatu, on prenait des buts, et derrière on était friable. Il y avait un peu de folie devant, en attaque, et c'est moins le cas de notre équipe.
Mais on est solide au niveau du projet qu'on a élaboré.
Je sens qu'on peut faire quelque chose, et qu'on va faire quelque chose en Inde". 
David Baltase. 


Sur le même thème

publicité
ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play