Un Front loyaliste pour "ne plus faire de concessions"

comité des signataires
Front loyaliste (Brial, Backès, Santa)
©Sheïma Riahi
C’est selon eux un acte politique majeur. Le Rassemblement les Républicains, Les Républicains Calédoniens et le Mouvement Populaire Calédonien composent le Front loyaliste. Les trois partis se rassemblent pour le comité des signataires, en défendant une position commune. 
Faire front commun pour qu’aucune concession ne soit faite au FLNKS. A sept jours du comité des Signataires, le Rassemblement-LR, les Républicains Calédoniens et le MPC défendent une position commune au sein du front loyaliste. Un acte politique majeur, disent-ils, pour continuer de défendre la Calédonie dans la France.
Thierry Santa, le président par intérim du Rassemblement-Les Républicains 
©nouvellecaledonie


Une union du Front loyaliste qui porte sur trois points. Parmi lesquels : le rétablissement de l’ordre pour un retour à la confiance économique et le dégel du corps électoral provincial.
Gil Brial, président du MPC 
©nouvellecaledonie

 
Front Loyaliste
©Sheïma Riahi

Autre point de dissension : les modalités d’inscriptions sur les listes électorales. Le front loyaliste souhaite des mesures plus strictes pour éviter des transferts fictifs d’électeurs des provinces Nord et Iles vers le Sud.
Sonia Backès, présidente des Républicains Calédoniens 
©nouvellecaledonie


Une unité des loyalistes sans Calédonie Ensemble donc. A Paris, le comité des signataires post-référendum s’annonce d’ores et déjà tendu.
Ci-dessous la déclaration partagée du Front loyaliste : 
Front Loyaliste déclaration partagée
©DR
Les Outre-mer en continu
Accéder au live